Sign up
Title:
COSMETIC COMPOSITION FOR THE TREATMENT OF ACNE COMPRISING A PEPTIDE EXTRACT OF SCHIZANDRA
Kind Code:
A2
Abstract:
The present invention relates to a cosmetic, nutraceutical or dermatological composition for treating or preventing acne, comprising a peptide and oside extract of Schizandra fruit and a suitable excipient. Preferably, the extract is obtained from Schizandra sphenanthera. The composition may also comprise at least one anti-acne agent selected from a sebum-regulating agent, an antibacterial and/or antifungal agent, a keratolytic agent and/or a keratoregulating agent, an astringent, an anti-inflammatory and/or anti-irritant, an antioxidant and/or a free-radical scavenger, a cicatrizing agent, an anti-ageing agent and a moisturizing agent. The invention also relates to a method for cosmetic treatment of acne, characterized in that a cosmetic composition according to the invention is applied to the affected areas of the skin, or in that the affected individual takes a nutraceutical composition according to the invention orally.


Inventors:
GARNIER, Sébastien (15 Bis rue du Bilouis, Pierres, F-28130, FR)
NAAIMI, Dalale (39 rue Marat, Decines, F-69150, FR)
BAUDOUIN, Caroline (80 rue Madame de Maintenon, Rambouillet, F-78120, FR)
Application Number:
EP2010/060876
Publication Date:
02/03/2011
Filing Date:
07/27/2010
Assignee:
LABORATOIRES EXPANSCIENCE (10 avenue de l'Arche, Courbevoie, Courbevoie, F-92400, FR)
GARNIER, Sébastien (15 Bis rue du Bilouis, Pierres, F-28130, FR)
NAAIMI, Dalale (39 rue Marat, Decines, F-69150, FR)
BAUDOUIN, Caroline (80 rue Madame de Maintenon, Rambouillet, F-78120, FR)
International Classes:
A61K8/60; A61K8/64; A61K8/97; A61K36/79; A61P17/10; A61Q19/00
View Patent Images:
Domestic Patent References:
WO2008080974A1N/A2008-07-10
WO2008009709A1N/A2008-01-24
WO2007057439A1N/A2007-05-24
WO2007020382A2N/A2007-02-22
WO2007005760A1N/A2007-01-11
WO2006122454A1N/A2006-11-23
WO2006122485A1N/A2006-11-23
WO2005115421A1N/A2005-12-08
WO2005105123A1N/A2005-11-10
WO2005102259A1N/A2005-11-03
WO2004112741A1N/A2004-12-29
WO2004112742A2N/A2004-12-29
WO2004050052A1N/A2004-06-17
WO2004050079A1N/A2004-06-17
WO2004016106A1N/A2004-02-26
WO2004012496A2N/A2004-02-12
WO2004012752A2N/A2004-02-12
WO2001051596A2N/A2001-07-19
WO2001021150A1N/A2001-03-29
WO2001021605A2N/A2001-03-29
WO1998047479A1N/A1998-10-29
Foreign References:
KR20020001931A2002-01-09
FR2910815A12008-07-04
200300268542003-02-06
CN101040971A2007-09-26
FR2822821A12002-10-04
FR2857596A12005-01-21
Other References:
DATABASE WPI Week 200821 Thomson Scientific, London, GB; AN 2008-C80978 XP002579998, & CN 101 040 971 A (WANG A) 26 septembre 2007 (2007-09-26) cité dans la demande
Attorney, Agent or Firm:
TETAZ, Franck (Cabinet Regimbeau, 139 rue Vendôme, Lyon Cedex 06, F-69477, FR)
Claims:
REVENDICATIONS

1. Composition cosmétique, nutraceutique ou dermatologique destinée à traiter ou prévenir l'acné, comprenant un extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra et un excipient approprié.

2. Composition selon la revendication 1, caractérisée en ce que l'extrait peptidique et osidique est issu de Schizandra sphenanthera.

3. Composition selon la revendication 1 ou 2, caractérisée en ce que l'extrait peptidique et osidique est présent dans la composition à un pourcentage compris entre 0.01% et 15% en poids par rapport au poids total de la composition.

4. Composition selon la revendication 3, caractérisée en ce que l'extrait peptidique et osidique est présent dans la composition à un pourcentage compris entre 0.1% et 5% en poids par rapport au poids total de la composition.

5. Composition selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que l'extrait peptidique et osidique est constitué de :

- 10 à 50 % de peptides, et

10 à 60 % de sucres totaux,

les pourcentages étant exprimés par rapport au poids total dudit extrait peptidique.

6. Composition selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, caractérisée en ce que l'extrait peptidique et osidique est obtenu par un procédé comprenant les étapes successives suivantes :

à partir de fruit de Schizandra, extraction par CO2 supercritique d'une huile brute et récupération d'un tourteau délipidé ;

dispersion en phase aqueuse dudit tourteau ;

- traitement enzymatique dudit tourteau par un mélange enzymatique de cellulases, protéases, alpha-amylases, puis

centrifugation, ultrafîltration, nanofïltration et

- récupération de l'extrait peptidique.

7. Composition selon l'une des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend en outre au moins un agent anti-acnéique choisi parmi un agent sébo- régulateur, un agent anti-bactérien et/ou anti-fongique, un agent kératolytique et/ou un agent kératorégulateur, un agent astringent, un agent anti-inflammatoire et/ou anti- irritant, un agent antioxydant et/ou antiradicaliare, un agent cicatrisant, un agent anti- âge ou un agent hydratant.

8. Composition selon la revendication 7, caractérisée en ce que l'agent anti-acnéique est choisi parmi le 5-alpha Avocuta®, l'acide pyroglutamique, l'acide linoléique, le capryloyl glycine, le zinc et ses dérivés, le cuivre, les oligoéléments, le peroxyde de benzoyle, le kétonazole, Pérythromycine, les acides de fruit alpha hydroxyacides et leurs esters ou dérivés, l'acide salicylique et ses dérivés, l'acide azélaïque, les polyphénols, l'acide glycyrrhetinique et ses esters, l'alpha bisabolol, les peptides de Lupin, l'Oléodistillat de Tournesol, les sucres d'Avocat, les peptides d'Avocat, l'Avocadofurane®, le Cyclocéramide®, l'extrait peptidique de Quinoa, l'extrait peptidique de Maca, l'acide lipoïque, le beta carotène, la vitamine B3 (niacinamide) , le lycopène, la vitamine E, les anthocyanes et flavonoïdes, les isoflavones, la vitamine B5 (panthénol), la vitamine C, le coenzyme QlO, la glucosamine et ses dérivés, les glucosaminoglycanes, l'adapalène, le tazarotène, les rétinoïdes, l'acide pyrrolidone carboxylique, les céramides, l'acide hyaluronique, la glycérine et l'urée.

9. Méthode de traitement cosmétique de l'acné, caractérisée en ce que l'on applique sur les zones de la peau affectées une composition cosmétique selon l'une des revendications 1 à 8.

10. Méthode de traitement cosmétique de l'acné, caractérisée en ce que l'individu affecté consomme par voie orale une composition nutraceutique selon l'une des revendications 1 à 8.

11. Utilisation d'un extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra pour la préparation d'une composition cosmétique, nutraceutique ou dermatologique destinée à traiter ou prévenir l'acné.

12. Utilisation selon la revendication 11, caractérisée en ce que la composition est destinée à inhiber l'inflammation via une action spécifique sur P. acnés.

Description:
COMPOSITION COSMETIQUE POUR LE TRAITEMENT DE L'ACNE

COMPRENANT UN EXTRAIT PEPTIDIQUE DE SCHIZANDRA

INTRODUCTION

L'invention se rapporte à une composition cosmétique pour le traitement de l'acné comprenant un extrait peptidique de Schizandra et un excipient approprié.

Il existe dans le monde à peu près 25 espèces appartenant au genre Schizandra. Environ seize d'entre elles sont chinoises. Ces arbustes sont originaires du Nord de la Chine et des régions adjacentes de Russie et Corée.

Schizandra est une plante dioïque (pieds aux fleurs mâles et femelles distincts). Le fruit se présente sous forme de grappe pendante qui rappelle un peu celle du groseillier. Elle est pourvue d'un pédoncule nu dans sa partie supérieure (environ 5-10 cm) qui est recouvert dans sa partie inférieure par des baies rouges vifs, un peu plus grosses, plus compactes et plus fermes que la groseille. La graine, sphérique, mesure quelques millimètres.

Deux espèces sont officiellement reconnues comme médicinales en Chine, S. chinensis et S. sphenanthera [He et al., 1997]. Leurs baies sont utilisées en médecine traditionnelle chinoise pour le traitement de la toux, de l'asthme, des sueurs nocturnes, des éjaculations nocturnes et de la diarrhée chronique. Elles sont aussi utilisées comme tonifiants et pour le traitement de la fatigue chronique.

De nom botanique Schizandra, cette plante appartient à la classe des Magnoliopsida et à l'ordre des Magnoliales. La famille botanique est celle des Schisandracea. Le terme Schizandra utilisé tel quel peut désigner les deux plantes différentes que sont Schizandra chinensis et Schizandra sphenanthera. Longtemps ces deux espèces ont été considérées comme équivalentes, elles pouvaient être désignées selon leur origine « Northern Schizandra » pour Schizandra chinensis et « Southern Schizandra » pour Schizandra sphenanthera.

Schizandra chinensis est aussi appelée pinyin, wύ wèi zi, littéralement "baie à 5 parfums ». Schizandra chinensis est une liane arborescente caduque sauvage à croissance lente pouvant atteindre 9 à 10 mètres de hauteur. Schizandra sphenanthera Rehd. et WiIs. est aussi appelée : schisandre à fleurs orangées (en France), southern Schizandra, lemon wood (en Angleterre), hua zhong wu wei zi, nan wu wie zi (en Chine).

Si le fruit de S. Chinensis a été l'objet d'une littérature conséquente, c'est beaucoup moins le cas de S. sphenanthera. Plusieurs motifs expliquent ceci :

- une moindre réputation quant à son utilisation selon la tradition chinoise,

- une quasi-absence d'usage en occident,

- une moindre teneur en néo-lignanes totaux comparée à S. chinensis.

L'une des différences majeures entre les deux espèces porte sur la nature et les teneurs des néo-lignanes contenus dans leurs fruits respectifs. Cette sous-famille de constituants chimiques représente la grande originalité du genre Schizandra. Récemment, l'article (Huyke et al, 2007) a rapporté une étude comparative des effets sur la prolifération cellulaire d'extraits de S. chinensis et S. sphenanthera.

En Europe, aucun médicament autorisé par les Autorités Compétentes ne contient d'extrait de Schizandra sphenanthera. Il est généralement considéré que S. sphenanthera est inférieur à S. chinensis au plan médicinal et qu'il n'est utile qu'en tant que source alternative des lignanes actifs.

Sur un plan commercial, le fruit de S. sphenanthera est considéré comme moins coûteux que celui de S. chinensis.

Caractéristiques des fruits

Le fruit sec de Schizandra comprend environ 20% d'huiles essentielles dont 7 à 30 % d'insaponifîables (Huyke et al, 2007). Les lignanes sont compris dans la fraction insaponifîable des huiles. D'autres constituants actifs sont les phytostérols et les vitamines C et E.

L'huile essentielle de Schizandra est riche en dérivés sesquiterpéniques [Song et al, 2007] tels que : δ-cadinène (25,6 %), γ-cadinène, β-himachalène, santalol [Huyke et al, 2007]. L'huile essentielle du fruit de S. chinensis contient davantage d'hydrocarbures monoterpéniques que celle de S. sphenanthera [Huyke et al, 2007].

Le fruit de S. sphenanthera se caractérise par sa richesse en désoxyschisandrine.

Par contre, ses teneurs en schisandrine et γ-schisandrine sont très faibles comparées à celles de la graine de S. chinensis (Zhu et al., 2007). Les extraits de fruit : formes utilisées

La forme la plus utilisée en médecine traditionnelle est le fruit séché. A côté de son emploi traditionnel en Chine à l'état déshydraté, le fruit de Schizandra est aussi utilisé sous forme d'extraits obtenus par des solvants d'extraction permettant d'entraîner les néo- lignanes du fruit. Les solvants mentionnés dans la littérature sont l'éthanol, le CO2- supercritique ou CO2-SC (associé ou pas avec un co-solvant) et l'hexane.

Plusieurs études se sont attachées à comparer les pouvoirs extractifs du CO2-SC, du chloroforme, du méthanol et de l'éthanol à l'égard des néo-lignanes du fruit.

Selon une publication récente, l'extraction du fruit de Schizandra par le CO2 ou le CO2 + 5 % d'éthanol, ou encore par l'hexane, aboutit à des compositions d'extraits assez similaires au plan néo-lignanes. Par contre, l'utilisation d'éthanol a conduit à une moindre extraction de 2 néo-lignanes, la désydroschisandrine et la gomisine O, et apparemment une meilleure extraction de γ-schisandrine (Huyke et al., 2007).

Par ailleurs, une technique d'extraction a été mise au point par Zhu et al. qui a permis de comparer les quantités de lignanes contenues respectivement dans les extraits de Schizandra chinensis et Schizandra sphenanthera (Zhu et al, 2007).

ART ANTERIEUR De nombreuses propriétés pharmaco logiques des extraits de fruits de Schizandra ont été rapportées dans la littérature, telles que :

- des effets de protection hépatique, connus depuis les années 1980 ;

des effets anti-HIV ;

une activité anti-inflammatoire et anti-tumorale ;

- une augmentation de la biodisponibilité de certains produits, lorsque ingérés en même temps (Xin HW et al, 2007).

Ainsi, de nombreux documents citent des compositions pharmaco logiques qui comprennent, entre autres composés actifs, des extraits de Schizandra :

La demande US 2003/0026854 de Mr Zhao décrit un médicament à base de schisandrine pour traiter les maladies du foie ; la schisandrine est en particulier extraite de Schizandra chinensis ou Schizandra sphenanthera. Les demandes WO 2006/122485 et WO 2006/1222454 de la société Guang Zhou Zhongyi Pharmaceutical décrivent des compositions destinées à traiter le diabète, comprenant des mélanges de plusieurs plantes dont Schizandra sphenanthera.

La demande WO 2007/020382 de la société Phynova décrit une composition comprenant des extraits de quatre plantes dont Schizandra chinensis ou Schizandra sphenanthera, pour le traitement de problèmes hépatiques, métaboliques et/ou immunitaires, et plus particulièrement destinée à traiter l'hépatite C.

La demande WO 2007/005760 décrit une composition comprenant des composés de la famille des schizandrines, gomisines, et autres composés issus d'extraits des fruits de Schizandra chinensis et Schizandra sphenanthera, pour traiter des cellules de cancer chimiorésistantes.

L'article (Huyke et al., 2007) décrit et compare les effets d'extraits de S. sphenanthera et S. chinensis sur des cellules en culture : la prolifération des cellules épidermiques de types HaCaT et A431 est inhibée de manière dose-dépendante par ces extraits, les extraits non polaires étant plus efficaces que les extraits polaires. Les auteurs de l'essai concluent que l'extrait au CO2-SC de Schizandra sphenanthera pourrait être utile dans la prévention et le traitement des maladies inflammatoires et hyperprolifératives de la peau [Huyke et coll., 2007].

L'utilisation d'extraits de Schizandra chinensis dans la prévention de l'acné a été décrite dans la demande de brevet KR 2001931, dans des compositions comprenant en outre des agents d' exfoliation, choisis parmi des protéases de plantes telles que la papaïne et la bromelaïne, ou issues de micro -organismes. Ces extraits, non clairement identifiées, ne sont donc pas utilisés seuls mais en combinaison avec des agents exfoliants.

Une composition anti-acnéique de médecine traditionnelle chinoise a été décrite dans la demande CN 11040971 : elle comprend 10 parts d'acore odorant appelé «shi chang pu », 8 parts de fruit de Schizandra, et trois autres plantes.

Aucun de ces documents ne décrit un extrait particulier de Schizandra, et en particulier un extrait peptidique, ni ses effets cosmétiques et dermatologiques sur l'acné.

Les inventeurs ont maintenant découvert, d'une manière surprenante, qu'une composition comprenant un extrait peptidique de Schizandra permet de traiter ou de prévenir l'acné, et en particulier l'inflammation liée à la présence de la bactérie P. acnés. Physiopathologie de l'acné

L'acné est une maladie inflammatoire chronique du follicule pilo sébacé qui atteint la plupart des adolescents et des adultes. La pathologie est variée dans sa présentation et sa sévérité. L'acné des adolescents est une acné moyenne ou mineure dans 85% des cas. Parmi les 15% d'acné sévère, 3 à 4% d'hommes et 0,4% de femmes ont une acné nodulaire et chronique. L'élément commun des différents tableaux réside dans la rétention sébacée qui se traduit cliniquement par des lésions élémentaires spécifiques.

La pathologie se présente sous la forme de lésions élémentaires qui sont à des stades différents d'évolutions. Elles sont rétentionnelles et/ou inflammatoires.

- Lésions rétentionnelles correspondantes à des follicules pilo-sébacés distendus ;

Comédons fermés ou microkystes (éléments surélevés blanc de 1 à 3 mm de diamètre) ;

- Comédons ouverts ou points noirs ;

Lésions inflammatoires superficielles (papules et pustules) et profondes (nodules) ;

Papule : élément rouge en relief, de 1 à 5 mm de diamètre, parfois sensible, évoluant souvent vers la pustule (purulente) ;

- Nodule : plus profond, d'un diamètre supérieur à 5 mm, pouvant évoluer vers l'abcédation et la rupture.

Les lésions d'acné peuvent laisser des cicatrices atrophiques définitives, des cicatrices hypertrophiques, ou des macules érythémateuses le plus souvent transitoires et/ou pigmentées.

L'acné est une affection du follicule pilo-sébacé (follicule très particulier avec un poil atrophié) dans laquelle interviennent quatre facteurs qui sont étroitement imbriqués et se succèdent : une hyperséborrhée, une hyperkératinisation, la prolifération d'un germe : le Probionibacterium acnés (P. acnés) et une inflammation.

L'hyperséborrhée

L 'hyperséborrhée (=hypersécrétion sébacée) est le facteur initial de l'acné. Elle est essentiellement hormono-dépendante, en particulier sous l'effet des androgènes. En effet, la sécrétion du sébum est déclenchée et entretenue par la dihydrotestostérone (DHT) produite dans les cellules sébacées par la 5 α-réductase de type I à partir de la testostérone libre. Au cours de l'acné les androgènes circulants sont présents à des taux normaux et la pathologie résulte d'une sensibilité particulière de la glande sébacée aux androgènes en partie due à une hyperactivité locale de la 5 α-réductase.

Le sébum est constitué d'un mélange de squalène (12%), de cires (26%), de cholestérol, d'esters de cholestérol et de triglycérides. Le sébum des peaux acnéiques contient une concentration d'acides gras et d'oxydes de squalène (pro -inflammatoire) en quantité plus abondante par rapport aux sujets non acnéiques, faisant suite à l'hydrolyse des triglycérides par la lipase sécrétée par P. acnés. Parallèlement, il existe un déficit en acide linoléique (anti- inflammatoire) dans les comédons comparativement à la surface épidermique sous-jacente.

Cette inversion de la balance entre lipides pro -inflammatoires et anti- inflammatoires serait à l'origine des facteurs étiopathogéniques de l'acné, à savoir le trouble de la kératinisation de l'épithélium folliculaire qui prélude à la formation du comédon. D'une part, le squalène peroxyde active les médiateurs lipidiques de l'inflammation (augmentation du leucotriène B4 et de la prostaglandine E2) et la production de l'IL-6. D'autre part, la diminution en acide linoléique provoque l'hyperkératinisation et rend l'épiderme plus perméable et plus fragile favorisant la croissance des micro -organismes et la production de cytokines (notamment l'interleukine- lα) et de substances chémotactiques qui induisent l'inflammation. Hyperkératinisation et comédogenèse

L'hyperkératinisation correspond à une multiplication anormale des cellules qui tapissent la paroi interne du follicule pilo-sébacée (cornéocytes). Les cornéocytes desquament très rapidement et provoquent la formation du micro-comédon. L'obstruction du canal du follicule pilosébacé a lieu dans l'infra-infundibulum. Elle est due à des anomalies de la prolifération, de l'adhésion et de la différenciation des kératinocytes qui ne se détachent pas les uns des autres et obstruent la lumière du canal. En temps normal, les cornéocytes se détachent laissant le sébum passer librement au niveau des pores. Dans le cas de l'hyperkératinisation, les cornéocytes restent attachés les uns aux autres, ce qui entrave la sortie du sébum. Ainsi, non seulement le sébum est sur-sécrété mais son écoulement est freiné par le rétrécissement des pores qui finissent par se boucher. Le flux de sébum bloqué à l'intérieur du follicule pilo-sébacé ainsi que les débris de cellules forment « des bouchons cornés » durs et légèrement blancs qu'on appelle "microkystes" ou comédons fermés. Hyperprolifération kératinocytaire : Les kératinocytes du canal du follicule pilo- sébacé ont un indice de prolifération supérieur (marquage Ki67) chez le sujet acnéique comparé au sujet sain témoin. Cette augmentation de l'indice de prolifération est retrouvée en zones lésionnelles et en zones acnéiques apparemment saines. Elle est liée notamment à la production de l'IL-lα qui est responsable des caractéristiques du micro-comédon (hyperprolifération et différenciation anormale).

Rôle des molécules d'adhésion : Les intégrines sont des molécules d'adhésion qui assurent la cohésion entre les kératinocytes. Elles interviennent notamment dans la régulation de la prolifération et de la migration kératinocytaires. Au cours de l'acné il existe une modification de l'expression des intégrines α2, α3, α5 des kératinocytes de l'infra-infundibulum de follicules acnéiques. Ces modifications pourraient jouer également un rôle dans la formation du micro-comédon.

Rôle de la composition du sébum : l'hyperséborrhée diminue la concentration en acide linoléique du sébum par dilution. Cette pauvreté en acide linoléique ainsi que l'augmentation en acides gras libres induirait une anomalie de la différenciation kératinocytaire de l'infra-infundibulum intervenant dans la formation du micro-comédon mais aussi dans le déclenchement de l'inflammation.

Prolifération bactérienne/inflammation

Les phénomènes inflammatoires jouent un rôle fondamental dans l'acné puisqu'ils sont responsables de l'évolution de la pathologie, notamment dans la formation des lésions inflammatoires ainsi que la survenue des cicatrices.

Ce processus inflammatoire est multifactoriel et le résultat direct ou indirect de la prolifération de P. acnés. Cette bactérie est un germe commensal de la flore cutanée. Dans la peau normale, P. acnés se développe au fond du follicule pilo-sébacé et gagne la surface épidermique par le sébum. Au cours de l'acné, l'accumulation anormale de cornéocytes et l'excès de sébum dans le canal du follicule représente un environnement idéal pour son développement. Sa multiplication conduit au processus inflammatoire au cours de la pathologie.

Mécanisme d'action de P. acnés

P. acnés produit une variété de facteurs chimiotactiques, de molécules pro- inflammatoires et de protéases qui sont responsables de la phase inflammatoire de l'acné. D'une part, les lipases produites par P. acnés hydrolysent les triglycérides du sébum en acides gras libres qui sont irritants et qui libèrent des substances chimiotactiques vis-à-vis des polynucléaires. Ces polynucléaires neutrophiles libèrent ensuite dans le tissu périfolliculaire des enzymes lyzosomiales qui entraînent la rupture de la paroi du follicule pilo-sébacé avec diffusion en profondeur de l'inflammation.

D'autre part, P. acnés utilise l'immunité immédiate via les « toll like receptors » (récepteurs TLR de type 2 et 4) au niveau des cellules immunitaires induisant ainsi une activation brutale de la cellule avec libération de cytokines inflammatoire (IL- la , TNFa, IL-6, IL-8, TGFa). Les kératinocytes sont aussi directement impliquées par la sécrétion de cytokines, en particulier l'IL-lα, le TNFα et la chemokine IL-8 après stimulation par P. acnés. L'augmentation de la production de l'IL-8 est corrélée à l'hyperkératinisation du follicule et est responsable de l'afflux des cellules inflammatoires au niveau du follicule pilo-sébacé (pouvoir chimio-attracteur).

L 'activation des TLRs et du facteur de transcription NFKB par P. acnés induit également la libération des MMPs (notamment les MMPl ; MMP2 ; MMP3 et MMP9). Ces protéases s'attaquent aux fibres conjonctives situées au pourtour du follicule pilo- sébacé et participent à la fragilisation et la rupture du mur folliculaire distendu ainsi qu'à la diffusion de l'inflammation dans le derme. Elles vont être aussi responsables de la formation de cicatrices.

Par ailleurs, chez les patients acnéiques ayant tendance à faire des cicatrices, la réaction inflammatoire est plus intense et de durée plus longue avec une angiogenèse élevée. Dans ce sens, le VEGF, facteur de croissance des vaisseaux, joue un rôle actif dans le déclenchement de ces lésions en augmentant la perméabilité des vaisseaux sanguins qui irriguent la peau, en attirant les cellules inflammatoires/ endothéliales et en favorisant l'angiogenèse.

Enfin, P. acnés agit comme un super antigène activant directement les lymphocytes T en se liant à des récepteurs sans l'intervention de cellules présentatrices d'antigène, ce qui induit une activation des cellules effectrices plus rapide et plus efficace. La réaction inflammatoire se trouve ainsi amplifiée. En définitif, l'extension de la réaction inflammatoire rend compte de l'aspect clinique avec l'apparition de papules, pustules et nodules. DESCRIPTION DE L'INVENTION

Les inventeurs ont découvert que les extraits peptidiques du fruit de Schizandra présentent des propriétés cosmétiques et dermatologiques jamais décrites jusqu'à présent.

L'invention a pour objet une composition cosmétique, nutraceutique ou dermatologique destinées à traiter ou prévenir l'acné, comprenant un extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera ou de Schizandra chinensis, en association avec un excipient approprié.

Dans un mode préféré de l'invention, l'extrait peptidique et osidique est issu de Schizandra sphenanthera.

Selon un mode de réalisation préféré de l'invention, l'extrait peptidique et osidique est présent dans la composition à un pourcentage compris entre 0.01% et 15%, plus préférentiellement entre 0.1% et 5%, en poids par rapport au poids total de la composition. Selon un mode préféré de réalisation de l'invention, l'extrait peptidique et osidique est constitué de :

5 à 90% de peptides, et

5 à 90% de sucres totaux,

les pourcentages étant exprimés par rapport au poids total de la matière sèche dudit extrait peptidique.

L'extrait peptidique et osidique selon l'invention présente avantageusement les spécifications suivantes :

- 10 à 50% de peptides ;

10 à 60% de sucres totaux.

Dans la présente demande, les termes « extrait peptidique », « extrait peptidique et osidique » et « peptides de Schizandra » ont la même signification et sont utilisés indifféremment l'un de l'autre pour désigner le même extrait de fruit.

En particulier l'extrait peptidique ne comprend pas de lignanes, connus jusqu'à présent pour être les principes actifs du fruit.

Selon un mode préférentiel de réalisation de l'invention, l'extrait peptidique est avantageusement obtenu par un procédé comprenant les étapes successives suivantes : à partir de fruit de Schizandra, une extraction par CO2 supercritique permet d'obtenir une huile brute et un tourteau délipidé. Le tourteau de baies de Schizandra, obtenu après extraction des lipides, est dispersé dans l'eau. Il est ensuite réalisé une hydrolyse de l'amidon et des fibres (cellulose, hémicellulose, ...) à l'aide d'un mélange de cellulases et d'α-amylases, ainsi que des protéines par des protéases. Un traitement thermique permet de dénaturer les enzymes en fin de réaction. Après centrifugation, le milieu réactionnel est purifié en réalisant une ultrafiltration et une diafiltration sur une membrane ayant un seuil de coupure de 15 kDa afin d'éliminer les protéines résiduelles (retentât). Le perméat est ensuite nanofiltré afin d'éliminer des sels minéraux, puis l'extrait peptidique est décoloré avec du charbon actif puis filtré et récupéré. Enfin, le produit est filtré stérilement (0,2 μm) et peut être lyophilisé ou conditionné.

Tableau 1 : Exemple d'une composition analytique d'un extrait peptidique et osidique de Schizandra, en pourcentages par rapport à la matière sèche :

En fonction du type d'administration souhaitée, la composition selon l'invention comprend au moins un excipient pharmaceutiquement acceptable, notamment dermato logiquement acceptable. Si la composition est cosmétique ou dermatologique, on utilise un excipient adapté pour une administration par voie topique externe.

La composition selon la présente invention peut en outre comprendre au moins un adjuvant pharmaceutiquement connu de l'homme du métier, choisi parmi les épaississants, les conservateurs, les parfums, les colorants, des filtres chimiques ou minéraux, les agents hydratants, les eaux thermales, etc.

La composition selon l'invention peut en outre comprendre au moins un composé anti-acnéique choisi parmi un agent sébo-régulateur, un agent anti-bactérien, un agent anti- fongique, un agent kératolytique, un agent kérato-régulateur, un agent astringent, un agent anti-inflammatoire/anti-irritant, un agent antioxydant/antiradicalaire, un agent cicatrisant, un agent anti-âge, et/ou un agent hydratant.

Par agent sébo -régulateurs on désigne par exemple les inhibiteurs de 5-alpha réductase, notamment l'actif 5 -alpha Avocuta® commercialisé par les Laboratoires Expanscience. Le zinc et ses sels gluconate, salicylate et acide pyroglutamique présentent aussi une activité sébo-suppresseur. On peut citer aussi la spironolactone, anti-androgène et antagoniste de l'aldostérone, qui engendre une réduction significative du taux de sécrétion de sébum après douze semaines d'application. D'autres molécules extraites, par exemple des graines de citrouille Cucurbita pepo, et l'huile de pépins de courge, ainsi que le sabal limitent la production de sébum par inhibition de la transcription et de l'activité de la 5α- réductase. D'autres sébo -régulateurs d'origine lipidique agissant sur la qualité du sébum, comme l'acide linoléique, présentent un intérêt.

Par agent anti-bactérien ou antifongique, on entend des molécules limitant la croissance ou détruisant les micro -organismes pathogènes tels que certaines bactéries comme P. acnés ou certains champignons (Malassezia furfur). Les plus classiques sont les conservateurs généralement utilisés en cosmétique ou en nutraceutique, les molécules à activité anti-bactérienne (pseudo-conservateurs) tels que les dérivés capryliques (exemple : capryloyl glycine, glyceryl caprylate, ...), tels que l'hexanediol, et le sodium lévulinate, les dérivés de zinc et de cuivre (gluconate et PCA), la phytosphingosine et ses dérivés, le peroxyde de benzoyle, la piroctone olamine, le pyrithione zinc, le sulfure de sélénium, l'éconazole, le kétoconazole, ou encore les antibiotiques locaux de type érythromycine et clindamycine ...

Par agent kérato-régulateur ou kératolytique, on entend un agent qui régule ou aide l'élimination des cellules mortes de la couche cornée de l'épiderme. Parmi les agents kérato -régulateurs / kératolytiques les plus utilisés se trouvent : les acides de fruits alpha hydroxyacide - AHA (acide citrique, acide glycolique, acide malique, acide lactique...), les esters d'AHA, les associations d'AHA avec d'autres molécules comme l'association acide malique et protéines d'amandes (keratolite®), l'association acide glycolique ou acide lactique avec l'arginine ou encore l'association d'hydoxy-acide avec des molécules lipidiques comme le LHA® pour lipo-hydroxy-acide, les complexes d' hydroxyacide amphotères - AHCare, l'écorce de saule (Salix Alba bark extract), l'acide azélaïque et ses sels et esters, l'acide salicylique et ses dérivés comme l'acide capryloyl salicylique ou en association avec d'autres molécules comme l'association acide salicylique et polysaccharide (beta hydroxyacide - BHA), le tazarotène, l'adapalène, ainsi que les molécules de la famille des rétinoïdes tels que : la trétinoïne, le rétinaldéhyde, l'isotrétinoïne, le rétinol.

Par agent astringent, on entend un agent qui aide à resserrer les pores, les plus utilisés étant les polyphénols et les dérivés de zinc, l'hamamélis.

Les agents anti-inflammatoires / anti-irritants limitent la réaction inflammatoire conduite via les cytokines ou médiateurs du métabolisme de l'acide arachidonique et ont des propriétés apaisantes et anti- irritantes. Les plus classiques sont l'acide glycyrrhétinique (les dérivés de réglisse) avec ses sels et esters, l'alpha bisabolol, le ginkgo biloba, le calendula, l'acide lipoïque, le beta-carotène, la vitamine B3 (niacinamide, nicotinamide), la vitamine E, la vitamine C, la vitamine B 12, les flavonoïdes (thé vert, quercétine ...), le lycopène ou la lutéine, les sucres d'Avocat, l'oléo distillât d'Avocat, l'arabinogalactane, les peptides de Lupin, un extrait total de Lupin, un extrait peptidique de Quinoa, le Cyclocéramide® (dérivé d'oxazoline), les substances anti-glycation telles que la carnosine, la n-acétyl-cystéine, les isoflavones comme par exemple la génistéine/génistine, daidzéine/daidzine, les eaux de source ou thermales (eau d'Avène, eau de la Roche Posay, eau de Saint Gervais, eau d'Uriage, eau de Gamarde), les extraits de Goji (Lycium barbarum), les peptides ou complexes d'acides aminés végétaux ou encore, la disulone topique, ou les médicaments anti-inflammatoires.

Par agent antioxydant, on entend une molécule qui diminue ou empêche l'oxydation d'autres substances chimiques. Les antioxydants/antiradicalaires pouvant être utilisés en association sont avantageusement choisis dans le groupe constitué par les thiols et les phénols, par les dérivés de réglisse comme l'acide glycyrrhétinique avec ses sels et esters, l'alpha bisabolol, l'extrait de Ginkgo biloba, de Calendula, le Cyclocéramide® (dérivé d'oxazoline), les peptides d'Avocat, les oligo-éléments comme le cuivre, le zinc, et le sélénium, l'acide lipoïque, la vitamine B 12, la vitamine B3 (niacinamide, nicotinamide), les vitamines C, les vitamines E, le co-enzyme QlO, le krill, le glutathion, le butylhydroxytoluène (BHT), le butylhydroxyanisol (BHA), le lycopène ou la lutéine, le béta-carotène, la famille des polyphénols comme les tanins, les acides phénoliques, les anthocyanes, les flavonoïdes avec par exemple les extraits de thé vert, de fruits rouges, de cacao, de raisin, de Passiflora incarnata, de Citrus ou encore les isoflavones comme par exemple la génistéine/génistine, daidzéine/daidzine, Dans le groupe des anti-oxydants on trouve aussi les substances anti-glycation telles que la carnosine ou certains peptides, la n- acétyl-cystéine, ainsi que les enzymes antioxydants ou antiradicalaires comme la SOD (super oxyde dismutase), la catalase, la glutathion peroxydase, la thioredoxine réductase et leurs agonistes.

Les agents cicatrisants/réparateurs de la fonction barrière pouvant être utilisés en association sont avantageusement la vitamine A, le panthénol (vitamine B5), l'Avocadofurane®, les sucres d'Avocat, le lupéol, l'extrait peptidique de Maca, un extrait peptidique de Quinoa, l'arabinogalactane, l'oxyde zinc, le magnésium, le silicium, l'acide madécassique ou asiatique, le sulfate de dextran, le coenzyme QlO, la glucosamine et ses dérivés, la chondroïtine sulfate et globalement les GAG (glycosaminoglycanes), le sulfate de dextran, les céramides, le cholestérol, le squalane, les phospholipides, les peptides de Soja fermentes ou non, les peptides végétaux, les polysaccharides marins, végétaux ou biotechnologiques comme les extraits d'algues ou l'extrait de fougère, les oligo-éléments, les extraits de plantes à tanins comme les tanins dérivant de l'acide gallique appelés tanins galliques ou encore hydrolysables, initialement trouvés dans la noix de galle, et les tanins catéchiques résultant de la polymérisation d'unités flavanniques dont le modèle est fourni par le Cachou (Acacia catechu). Les oligo-éléments pouvant être utilisés sont avantageusement choisis dans le groupe constitué par le cuivre, le magnésium, le manganèse, le chrome, le sélénium, le silicium, le zinc et leurs mélanges.

Les agents anti-âge pouvant agir en association pour la prise en charge de l'acné sur les sujets d'âge mûr sont des agents antioxydants et en particulier la vitamine C, la vitamine A, le rétinol, le rétinal, l'acide hyaluronique de tout poids moléculaire, l'Avocadofurane®, les peptides de Lupin, l'extrait peptidique de Maca.

Les actifs hydratants / émollients les plus utilisés sont la glycérine ou ses dérivés, l'urée, l'acide pyrrolidone carboxylique et ses dérivés, l'acide hyaluronique de tous poids moléculaires, les glycosaminoglycanes et tous autres polysaccharides d'origine marine, végétale ou biotechnologique comme par exemple la gomme xanthane, le fucogel®, certains acides gras comme l'acide laurique, l'acide myristique, les acides gras mono- et poly- insaturés de type oméga 3, 6 et 7, 9 (exemple : l'acide linoléique, l'acide palmitoléique, etc), l'Oléodistillat de Tournesol, les peptides d'Avocat, le beurre de Cupuaçu.

Une association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et des insaponifiables végétaux et animaux, comme par exemple, les insaponifïables d'Avocat et de Soja, et des concentrats d'huile végétale ou animale en insaponifiables, comme par exemple le concentrât d'huile de Tournesol ou d'huile de Palme, ou encore des huiles végétales contenant des insaponifiables comme par exemple les huiles de Soja et de Colza, et les dérivés d'insaponifiables comme les furanes d'Avocat, les esters de stérols et les dérivés vitaminiques.

Une association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et des sucres d'Avocat (voir demande WO 2005/115421). Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement de la réparation de la barrière cutanée et de l'inflammation.

Une association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait de fruit peptidique et osidique de Schizandra sphenanthera et des peptides d'Avocat (voir demande internationale WO 2005/105123). Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement de l'irritation et de l'inflammation.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et une huile d'Avocat (voir les demandes internationales WO 2004/012496, WO 2004/012752, WO 2004/016106, WO 2007/057439).

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et l'Avocadofurane® (furanes d'Avocat, pouvant être obtenus par le procédé décrit dans la demande internationale WO 01/21605). Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement de l'inflammation, pour favoriser la cicatrisation, et pour ses propriétés anti-âge.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et les insaponifiables d'Avocat et de Soja pouvant être utilisés en association sont avantageusement un mélange d'insaponifiables d'avocat furanique et d'insaponifiables de Soja, dans un rapport respectif d'environ 1/3-2/3. Les insaponifiables d'Avocat et de Soja sont encore plus avantageusement le produit Piasclédine®, commercialisé par les Laboratoires Expanscience.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et un Oléodistillat de Tournesol, encore plus avantageusement avec un Oléodistillat de Tournesol comportant majoritairement de l'acide linoléique, tel que l'actif commercialisé par les Laboratoires Expanscience, Soline® (cf. la demande internationale WO 01/21150), Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement de l'inflammation et pour la réparation de la barrière cutanée.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et un insaponifïable de Soja, tel qu'obtenu selon le procédé décrit dans la demande internationale WO 01/51596.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et du Lupéol (FR 2 822 821, FR 2 857 596). Cette composition est particulièrement adaptée pour favoriser la cicatrisation.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et des peptides de Lupin tels qu'obtenus selon le procédé décrit dans la demande WO 2005/102259. Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement de l'inflammation et est utilisée pour ses propriétés anti-âge.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et un extrait total de Lupin (voir demande internationale WO 2005/102259). Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement des irritations.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et une huile de Lupin, avantageusement une huile de Lupin blanc doux, telle que celle décrite dans la demande internationale WO 98/47479.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et un extrait peptidique de Maca (voir demande internationale WO 2004/112742). Cette composition est particulièrement appréciée pour ses propriétés cicatrisantes et anti-âge.

Une association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait de fruit peptidique et osidique de Schizandra sphenanthera et des peptides de riz (voir demande internationale WO 2008/009709). Cette composition est particulièrement appréciée pour ses propriétés de stimulation de la mélanogénèse et du transfert de la mélanine.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et du Cyclocéramide® (dérivé d'oxazoline) tel que décrit dans les demandes internationales WO 2004050052, WO 2004050079 et WO 2004112741. Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement des réactions inflammatoires.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et un extrait de Quinoa, en particulier un extrait peptidique (voir la demande internationale WO 2008/080974). Cette composition est particulièrement adaptée pour le traitement des conditions inflammatoires et de la réparation de la barrière cutanée.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et de beurre de Cupuaçu. Cette composition est particulièrement appréciée pour ses propriétés hydratantes.

Une autre association particulièrement avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et un Oléodistillat de Colza.

Une autre association avantageuse selon l'invention est une composition comprenant l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera et un Oléodistillat de Maïs.

Toutes ces associations comprennent au moins un autre composé actif, en plus de l'extrait de fruit de Schizandra sphenanthera, et peuvent comprendre deux, trois, quatre ou plus de composés actifs tels que décrits précédemment.

Outre ces actifs, l'extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra sphenanthera selon l'invention, seul ou en association avec les actifs précédemment cités, peut être utilisé en association des actifs protecteurs solaires, tels que des filtres ou écrans solaires UVB et/ou UVA ; tels les écrans ou filtres minéraux et/ou organiques connus de l'homme du métier qui adaptera leur choix et leurs concentrations en fonction du degré de protection recherché. A titre d'exemple d'actifs protecteur solaire, on peut notamment citer le dioxyde de titane, l'oxyde de zinc, le méthylène bis-benzotriazolyl tétraméthylbutylphénol (nom commercial : TINOSORB M) et le Bis-éthylhéxyloxyphénol méthoxyphényl triazine (nom commercial : TINOSORB S), l'octocrylène, le butyl méthoxydibenzoylméthane, l'acide terephthalylidene dicamphor sulfonique, le 4-méthylbenzylidène de camphre, la benzophénone, l'éthylhexyl méthoxycinnamate, l'éthylhexyl diméthyl PABA, le diéthylhexyl butamido triazone.

La composition selon l'invention peut être formulée sous la forme de différentes préparations adaptées à une administration topique ou à une administration orale.

Selon une première variante, les différentes préparations sont adaptées à l'administration topique et incluent les crèmes, les gels, les émulsions, les laits, les pommades, les lotions, les huiles, les solutions aqueuses ou hydro-alcooliques ou glycoliques, les poudres, les patchs, les sprays ou tout autre produit pour application externe. De telles formulations sont présentées dans les exemples ci-après.

Selon une deuxième variante, les différentes préparations sont adaptées à une administration orale ; l'extrait de fruit de Schizandra pouvant entrer soit dans un complément alimentaire soit dans une composition alimentaire.

Le complément alimentaire peut se présenter sous forme de gélules ou de capsules molles de gélatine ou végétales dans le cadre de la présente invention. Ledit complément alimentaire peut alors contenir de 10 à 100% en poids de l'extrait peptidique de fruit de Schizandra.

On peut aussi incorporer, sans aucune restriction, les extraits peptidiques de fruit de Schizandra de la présente invention dans une composition alimentaire telle que de la nourriture, une boisson et un nutraceutique, y compris dans ceux cités ci-dessous:

1) Les produits laitiers : tels que les fromages, le beurre, le lait et autres breuvages lactés, mélanges et pâtes à tartiner à base de produits lactés, crèmes glacées et yaourts ;

2) Les produits à base de graisse tels que les margarines, pâtes à tartiner, mayonnaises, matières grasses pour cuisson, huiles à frire et vinaigrettes ;

3) Les produits à base de céréales composés de graines tels que le pain et les pâtes, que ces aliments soient cuisinés, cuits au four ou transformés. 4) Les confiseries tels que le chocolat, les bonbons, les chewing gums, les desserts, les nappages, les sorbets, les glaçages, et autres garnitures ;

5) Les boissons alcoolisées ou non, y compris les sodas et autres boissons non alcoolisées, jus de fruits, compléments diététiques, substituts de repas sous forme de breuvage comme ceux vendus sous la marque Boost™ and Ensure™ et ;

6) Les produits divers comme les œufs, les aliments transformés comme les soupes, les sauces toute prête pour pâtes, des plats préparés et autre produits du même genre.

L'extrait peptidique de Schizandra peut être incorporé directement et sans autre modification dans la nourriture, les nutraceutiques, les produits diététiques notamment hyperprotéinés ou les breuvages et ce grâce à des techniques comme le mixage, l'infusion, l'injection, le mélange, l'absorption, le pétrissage et la pulvérisation. De telles formulations sont présentées dans les exemples ci-après.

Les modes d'administration, les posologies et les formes galéniques optimales des composés et compositions selon l'invention peuvent être déterminés selon les critères généralement pris en compte dans l'établissement d'un traitement pharmaceutique, en particulier dermatologique, adapté à un patient comme par exemple à l'âge ou au poids corporel du patient, la gravité de son état général, la tolérance au traitement, les effets secondaires constatés, le type de peau.

L'invention est également relative à une méthode de traitement cosmétique de l'acné, caractérisée en ce que l'on applique sur les zones de la peau affectées une composition cosmétique selon l'invention.

L'invention se rapporte également à une méthode de traitement cosmétique de l'acné par voie orale, caractérisée en ce que l'individu affecté consomme par voie orale une composition nutraceutique selon l'invention.

La présente invention est également relative à l'utilisation d'un extrait peptidique et osidique de fruit de Schizandra pour la préparation d'une composition cosmétique, nutraceutique ou dermatologique destinée à traiter ou prévenir l'acné.

Dans le cadre d'une utilisation cosmétique ou dermatologique, la composition sera avantageusement formulée sous la forme d'une préparation adaptée à une administration topique. Dans le cadre d'une utilisation alimentaire, à visée nutritive ou cosmétique (« cosmet-food »), la composition sera avantageusement formulée sous la forme d'une préparation adaptée à une administration orale.

En particulier, cette composition est destinée à inhiber l'inflammation, via une action spécifique sur P. acnés. Les peptides de Schizandra ciblent particulièrement le processus inflammatoire de l'acné qui joue un rôle central dans le développement et l'aggravation de la pathologie. Ainsi, les exemples présentés ci-dessous montrent que les peptides de

Schizandra ont plusieurs actions sur les kératinocytes :

• Un effet anti- inflammatoire : inhibition des médiateurs précoces (IL- la, IL-lβ) et tardifs (IL 8) de l'inflammation.

• Un effet inhibiteur sur l'induction des MMPs (2 et 9) par les kératinocytes

• Un effet inhibiteur sur la libération du VEGF

Les peptides de Schizandra ont également une action sur la bactérie P. acnés :

• Inhibition de l'induction de l'IL8 par P. acnés

• Inhibition de l'induction de la MMP-9 par P. acnés

EXEMPLES

Exemple 1 : Effets de l'extrait peptidique de Schizandra dans la prévention et le traitement de l'acné

MATERIEL ET METHODES

• Modèle de kératinocytes en monocouche : étude de l'expression de l'IL-la, VIL-V^, l'IL8, la MMP2, la MMP9

Les kératinocytes ont été ensemencés en plaque 24 puits à raison de 120 000 cellules/puits. Après 24 heures d'incubation à 37°C, 5% de CO2, les cellules ont été traitées par les peptides de Schizandra à 0,05% et 0,1% dans le milieu de culture pendant 48 heures.

• Modèle de co-culture : kératinocytes / P. acnés : étude de l'expression de la MMP9 Les cellules HaCat ont été cultivées à confluence en plaque polystyrène 24 puits à 37°C, 5% CO2. Elles ont été ensuite traitées avec les peptides de Schizandra pendant 30 minutes, puis incubées ou non pendant 16 heures en présence de P. acnés. A la fin de chaque traitement, les surnageants de culture ont été éliminés et les ARN totaux extraits à l'aide du kit d'extraction RNeasy MiniKit [Qiagen]. Les ARN totaux ont ensuite été dosés en minichips à l'aide du système Experion™ et du kit Experion RNA StdSens [Biorad] puis réverse-transcrits en cDNA à l'aide du kit iScript cDNA Synthesis [Biorad]. Les cDNA néo-synthétisés relatifs aux gènes d'intérêt (IL- la, IL-lβ, IL8, MMP2, MMP9) ou aux gènes de référence ont été amplifiés sélectivement par PCR en temps réel sur iQ5 [Biorad] par la technologie SybrGreen [kit iQ SybrGreen, Biorad].

• Modèle de Kératinocytes en monocouche : effet sur l'IL-I a et le VEGF

Les kératinocytes ont été ensemencés en plaque 24 puits dans du milieu KGM2. Après 24 heures d'incubation, les cellules ont été pré-traitées par les peptides de Schizandra pendant 24 heures. Puis, les cellules ont été stimulées par ajout de PMA (Phorbol 12-myristate 13- acetate ; Sigma) à 10 μg/ml pendant 24 heures.

A la fin du traitement, les surnageants cellulaires ont été récoltés et l'IL-lα ainsi que le VEGF ont été dosé à l'aide de kits ELISA (R&D Systems), selon les instructions du fournisseur. Sur les tapis cellulaires, un test au MTT (IL- la) ou au rouge neutre (VEGF) a été réalisé : la DO, proportionnelle à la quantité de cellules vivantes, est lue à 570 nm (MTT) ou 540 nm (rouge neutre).

Les quantités d'IL-lα et de VEGF sont exprimées en pg/ml/DOs7o et pg/ml/DOs7o respectivement.

• Modèle de co-culture kératinocytes / P.acnes : effet sur la production de V 11-8 Les cellules HaCat ont été cultivées à confluence en plaque polystyrène 24 puits à 37°C, 5% CO2. Elles ont été ensuite traitées ou non (contrôle positif) avec les peptides de Schizandra pendant 30 minutes, puis incubées pendant 16 heures en présence de P. acnés. La quantité d'IL-8 produite (en pg/ml) a été mesurée à l'aide d'un kit ELISA [R&D Systems], selon les instructions du fournisseur.

• Méthode de calcul :

La méthode de RT-PCR en temps réel permet la quantification relative du niveau d'expression d'un gène d'intérêt par rapport à celui d'un gène de référence en réponse à un traitement donné.

L'analyse quantitative des résultats est basée sur le recueil des cycles seuils (ou Ct pour threshold Cycle). Le cycle seuil correspond au point où le signal d'émission de fluorescence est statistiquement et signifïcativement plus élevé que le bruit de fond. Le cycle seuil est directement corrélé au nombre de copies initiales de l'ADN cible.

Pour chaque échantillon, le niveau d'expression du gène d'intérêt a été normalisé par le niveau d'expression du gène de référence le plus stable. Le gène de référence le plus stable a été déterminé à l'aide de la macro GeNorm.

On calcule ainsi le ΔCt :

Les valeurs des ΔCt ont été comparées dans un test statistique (test t de Student) afin d'évaluer la signifïcativité des résultats obtenus.

Dans une deuxième étape, la variation, en fonction du traitement, du nombre de copies du gène d'intérêt a été déterminée. On calcule ainsi le ΔΔCt :

Enfin, la quantité relative (QR) est calculée : QR = (l+E)ΔΔCt.

On considère que E (l'efficacité) est égale à 1, on a donc :

Pour l'étude de l'expression des gènes d'intérêts, le pourcentage d'inhibition a été calculé comme suit :

• Statistiques

La signifïcativité des résultats a été évaluée par un test T de Student : $ p<0,05 ; * p<0,01.

RESULTATS

A. Action des peptides de Schizandra sur les médiateurs primaires de

l'inflammation : IL-lα et IL-lβ

1. Analyse de l'expression des gènes codants pour l'IL-lα et l'IL-lβ

Après 48 heures de traitement, les peptides de Schizandra testées à 0,05% et 0,1% inhibent signifîcativement l'expression génique de l'IL-lα (-78 à -97% ; tableau 1) et de l'IL-lβ (- 80 à -90% ; tableau 2) dans les kératinocytes.

Tableau 1 : Expression génique de l'IL-lα dans les Kératinocytes

Tableau 2 : Expression génique de l'IL-β dans les kératinocytes

2. Analyse du relargage de l'IL-Ia

L'influence des peptides de Schizandra sur la synthèse et la sécrétion de l'IL-lα par les kératinocytes a été ensuite évaluée. Les résultats sont présentés dans le tableau 3.

La stimulation des kératinocytes par le PMA pendant 24 heures induit un relargage significatif de l'IL-lα (+123%). Par contre, le pré-traitement par la déxamethasone à 10-7 M (molécule de référence) entraîne une inhibition totale (-100%) du relargage induit par le traitement au PMA. Ce résultat était attendu et valide le test. Tableau 3 : Dosage de l'Il-lα re largué par les kératinocytes

D'autre part, le pré-traitement par les peptides de Schizandra pendant 24 heures permet d'inhiber la synthèse et le relargage de l'IL-lα induit par le PMA ; une inhibition importante de l'ordre de 30% (à 0,1%)

B. Action des peptides de Schizandra sur l'expression de PIL-8 : médiateur secondaire de l'inflammation

1. Analyse de l'expression du gène codant pour l'IL-8

Après 48 heures de traitement, les peptides de Schizandra testées à 0,05% et 0,1% inhibent signifîcativement l'expression génique de l'IL-8 dans les kératinocytes

(-73% à -86% d'inhibition) (Tableau 4).

Tableau 4 : Expression génique de l'IL-8 dans les kératinocytes

2. Effet sur la production de l'IL-8 par les kératinocytes stimulées par P. acnés

Le traitement des kératinocytes par une suspension de P. acnés stimule très fortement le relargage de l'IL-8, marqueur secondaire de l'inflammation (tableau 5).

Un pré-traitement de 30 minutes par les peptides de Schizandra permet d'inhiber le relargage de l'IL-8 par les kératinocytes. L'inhibition de la production d'IL-8 démarre à partir de 0,5% pour être totale à 2%.

Tableau 5 : Dosage de l'IL-8 dans les co-cultures kératinocytes / P. acnés

C. Action des peptides de Schizandra sur les protéases matricielles : MMP2 et MMP9 1. Analyse de l'expression de la MMP2

Le traitement des kératinocytes pendant 48 heures par les peptides de Schizandra (à 0,05%) entraîne une inhibition significative de l'expression génique de la MMP2 (-68% d'inhibition) (tableau 6).

Tableau 6 : Expression génique de La MMP2 dans les kératinocytes

2. Analyse de l'expression de la MMP9

Parmi les protéases matricielles impliquées dans la pathologie de l'acné, la MMP-9 joue un rôle particulièrement important. En effet, cette protéase est régulée positivement par des cytokines pro-inflammatoires mais également par P. acnés.

• Modèle de Kératinocytes en monocouche

Comme montré dans le tableau n°7, l'analyse des résultats de Q-PCR, a permis de montrer une inhibition de l'expression du gène de la MMP9 dans les kératinocytes après 48 heures de traitement par les peptides de Schizandra (-65% à 0,05 et -57% à 0,1%).

• Modèle de co-culture kératinocytes/P. acnés

Tableau 7: Expression génique de la MMP9 dans les Kératinocvtes De la même façon, la modulation de l'expression de la MMP9 a été également évaluée dans le modèle de co-culture kératinocytes / P. acnés (tableau 8).

En utilisant ce modèle, un effet stimulateur de l'expression du gène de la MMP9 par la suspension bactérienne de P. acnés été mis en évidence (+37%)

Par contre, le pré-traitement des kératinocytes par les peptides de Schizandra permet de contrer cet effet stimulateur de P. acnés et l'inhibe également (-49% et -53% par rapport au kératinocytes traités par la suspension bactérienne)

Tableau 8 : Expression génique de La MMP9 dans les co-cultures kératinocytes/P. acnés

D. Action des peptides de Schizandra sur l'angiogenèse (VEGF) Enfin, le potentiel effet inhibiteur des peptides de Schizandra sur la synthèse et le relargage du VEGF par des kératinocytes a été étudié. Les résultats sont présentés dans le tableau 9. Ainsi, la stimulation des kératinocytes par le PMA pendant 24 heures induit une libération importante et significative du VEGF (+269%). Par contre, le pré-traitement des kératinocytes par les peptides de Schizandra pendant 24 heures permet de contrer cet effet et l'inhibe de façon significative (-39% aux deux concentrations).

Exemple 2 : exemples de formulations cosmétiques

Les inventeurs présentent ci-dessous plusieurs compositions pour application par voie topique, particulièrement indiquées dans l'acné.

Le terme « Peptides de Schizandra » désigne ci-après un extrait peptidique et osidique de Schizandra chinensis ou de Schizandra sphenanthera.

EMULSION ANTI-ACNEIQUE ANTI-INFLAMMATOIRE