Sign up
Title:
EXTRUSION PRESS
Kind Code:
B1
Inventors:
Vey, Alexandre (41, Route du PerronLieu-dit Les Roches, 42600 Lezigneux, FR)
Thevenon, Yves (Vigne Vague, 42600 Chalain d'Uzore, FR)
Application Number:
EP20060709495
Publication Date:
12/31/2008
Filing Date:
02/09/2006
Assignee:
Siemens VAI Metals Technologies SAS (51 Rue Sibert, 42400 Saint Chamond, FR)
International Classes:
B21C23/21
European Classes:
B21C23/21
View Patent Images:
Foreign References:
DE156666C
DE530467C
DE546590C
Attorney, Agent or Firm:
Fischer, Michael (Siemens AG Postfach 22 16 34, 80506 München, DE)
Claims:
1. Extrusion press comprising: • a die centered on an extrusion axis (A) and leaning on a die base, • a fixed crosshead (100) axially spaced out from the die base, • at least two tie rods (60) fastened at their ends, respectively on the die base and on the fixed crosshead (100) for the upholding of a constant distance between the last-mentioned, • a principal extrusion jack comprising a tubular body mounted on the fixed crosshead and closed by a bottom (3) opposite the die, said tubular body marking the limits of a cylindrical chamber (4), centered on the extrusion axis (A) and wherein slides an extrusion ram, • a container located between the die base and the fixed crosshead (100) and marking the limits of a housing centered on the extrusion axis for a billet of metal to be extruded through the die, due to the principal jack, characterized by the fact that the fixed crosshead (100) is made up of one sole monobloc solid piece manufactured by forging and comprising • a central part (102) being the body of the principal jack, wherein is built a central reaming (101) manufactured by internal machining of a central port obtained during the forging and making the housing of said jack, and • at least two ear-shaped extensions (105 a-d) stretching outwards from the central part (102) and each passed through by a shaft (106 a-d) to give way to a fastening end of the corresponding upholding tie rod (60 a-d), stretching between two spaced out faces, respectively front (107 a-d) and back (108 a-d) of said ear (105 a-d) on which are leaning, in two opposite directions, said fastening end of the tie rod (60 a-d).

2. Extrusion press according to claim 1, characterized by the fact that at least the supporting faces (107 a-d; 108 a-d) placed on the same side, respectively front or back, of the ears (105 a-d), are placed in the same plane perpendicular to the extrusion axis (A), in order together to form a supporting face (111; 113) of a fastening plate (110; 112) for the ends of the upholding tie rods (60) and comprising, on the one hand by each ear, a leaning part of the corresponding tie rod and on the other hand, between two ears, at least one leaning part for at least one operation auxiliary machine part.

3. Extrusion press according to claim 2, characterized by the fact that the ears (105 a-d) of the solid fixed crosshead (100) stretch over a length smaller than the one of the central part (102), in order to provide a front supporting face (111) set back from the front end (104) of the central part (102) and on which is going to lean the front fastening plate (110), the front fastening plate (110) being provided with a front central hole (116) into which is fitting the front end of the central part (102) of the solid crosshead.

4. Extrusion press according to claim 3, characterized by the fact that the front end (104) of the central part (102) of the solid fixed crosshead (100) is provided with an external spot facing (120) having an annular bottom placed at the same level as the front supporting face (111) and into which is going to fit the front fastening plate (110).

5. Extrusion press according to anyone of claims 2 to 4, characterized by the fact that the front fastening plate (110) is inserted between the front supporting face (107 a-d) of each ear (105 a-d) and a fastening part of the corresponding upholding tie rod (60) leaning on said ear, at least the other way around the extrusion direction.

6. Extrusion press according to claim 5, characterized by the fact that each upholding tie rod (60) is threaded inside a hollow column (65) stretching between the die base and the solid fixed crosshead (100) and is subjected to a pre-stressing tension by leaning on a back supporting face (108 a-d) of the corresponding ear (105 a-d), said hollow column leaning, the other way around, on a front supporting face (107 a-d) of said ear (105 a-d).

7. Extrusion press according to claim 6, characterized by the fact that said hollow column is leaning, through a fastening plate (110) of at least one operation auxiliary machine part (70; 80), on said front supporting face (107 a-d) of said ear (105 a-d).

8. Extrusion press according to anyone of claims 2 to 7, comprising • a moving crosshead (50) mounted sliding axially between the solid fixed crosshead (100) and the die base, and • at least two auxiliary jacks (70) of operation of the moving crosshead, each having a body (72) and a stem (74) leaning, respectively, on the solid fixed crosshead (100) and on the moving crosshead (50) for the independant moving of the latter, characterized by the fact that the body of each auxiliary jack of operation of the moving crosshead is fastened on a part of the front fastening plate (110) located between two ears (105 a-d) of the solid fixed crosshead.

9. Extrusion press according to anyone of claims 2 to 8, comprising at least two auxiliary jacks of operation of the container (80) each having a body (82) and a stem (84) leaning, respectively, on the solid fixed crosshead (100) and on the container, characterized by the fact that the body of each auxiliary jack of operation of the container is fastened on a part of the front fastening plate (110) located between two ears (105 a-d) of the solid fixed crosshead.

10. Extrusion press according to anyone of claims 8 to 9, characterized by the fact that the body of each operation auxiliary jack (70; 80) comprises • a front end fastened on the front fastening plate (110) in order to lean on it in the extrusion direction and in the other way around, and • a back end leaning on a back fastening plate (112) fastened on the back supporting faces (108 a-d) of the ears (105 a-d) of the solid fixed crosshead (100).

11. Extrusion press according to anyone of claims 8 to 10, characterized by the fact that the body of each operation auxiliary jack (70; 80) is threaded in at least one circular reaming of same diameter made at least on the front fastening plate (110) and comprises a shoulder leaning on said front fastening plate, at least in the direction opposite the extrusion direction.

12. Extrusion press according to anyone of previous claims, characterized by the fact that the body of the principal jack comprises • a cylindrical tubular part made of the central part (102) of the solid fixed crosshead (100) surrounding the principal axial reaming (101) making the housing (4) of the jack and • a basin-shaped bottom (3) welded along the rim of the reaming, onto a back end (103) of the tubular part.

13. Extrusion press according to anyone of previous claims, characterized by the fact that the upholding tie rods (60) and the ears (105 a-d) are centered in planes passing through the extrusion axis (A) and regularly distributed around it.

14. Extrusion press according to anyone of previous claims, characterized by the fact that the solid fixed crosshead (100) comprises two lower ears (107c, 107d) shaped so as to present lower faces (109c, 109d) defining a plane of horizontal basis for the solid fixed crosshead (100).

Description:

L'invention concerne une presse de filage par extrusion. Plus particulièrement, l'invention concerne une traverse fixe pour une telle presse.

On sait qu'une presse de filage par extrusion comprend, habituellement, le long d'un axe de filage :

  • un sommier avant fixe ;
  • une traverse arrière également fixe ;
  • des colonnes ou tirants destinés à maintenir une distance constante entre la traverse fixe et le sommier ;
  • une filière, dont l'axe définit l'axe de filage, prenant appui sur le sommier ;
  • un conteneur placé entre la traverse fixe et le sommier et muni d'un logement centré sur l'axe de filage, ayant un diamètre et une longueur correspondant au diamètre et à la longueur d'une billette à filer enfilée dans ce logement, le conteneur ayant une face avant tournée vers le sommier et une face arrière tournée vers la traverse fixe,
  • un vérin principal de filage, ayant un corps de vérin prenant appui sur la traverse fixe et un piston déterminant l'extrusion par la filière du métal de la billette comprimée par enfilement d'un fouloir dans le logement du conteneur.

Habituellement, le piston du vérin principal prend appui sur une traverse mobile se déplaçant entre le sommier et la traverse fixe.

Dans la méthode dite directe, le conteneur est fixe et prend appui, par une face avant, sur la filière portée par le sommier, et le fouloir est monté sur la traverse mobile de façon à pénétrer dans le logement, sous l'action du vérin principal.

Dans la méthode dite inverse, la filière est montée à l'extrémité d'un fouloir tubulaire fixe prenant appui sur le sommier, et le conteneur prend appui par sa face arrière sur la traverse mobile de façon que le logement s'enfile sur le fouloir tubulaire en provoquant l'extrusion du métal par la filière.

D'une façon générale, la traverse fixe d'une presse à filer constitue un appui pour le corps du vérin principal de filage qui, par avancement du piston, détermine l'extrusion du métal par la filière portée par le sommier. Cette traverse a donc tendance à s'écarter du sommier et doit être maintenue à une distance constante de celui-ci par des tirants qui sont souvent précontraints.

D'autre part, le piston du vérin principal prend appui sur une traverse mobile qui porte le fouloir dans le filage direct et repousse le conteneur dans le filage inverse. Cette traverse mobile doit pouvoir être déplacée indépendamment entre le sommier et la traverse fixe pour les diverses manoeuvres, par exemple de chargement de la billette. Pour éviter d'utiliser, à cet effet, le vérin principal, la traverse mobile est actionnée par au moins deux vérins auxiliaires prenant appui sur la traverse fixe.

De même, le conteneur peut être déplacé au moyen de vérins auxiliaires prenant appui également sur la traverse fixe.

La traverse fixe forme donc une poutre transversale, reliée au sommier par des tirants et ayant une partie centrale d'appui du vérin principal et des parties latérales d'appui des tirants et des vérins auxiliaires de manoeuvre de la traverse mobile et du conteneur.

Jusqu'à présent une telle poutre était réalisée en construction mécano-soudée et comprenait, de la façon représentée à titre d'exemple sur les figures 1 et 2, deux flasques écartés, perpendiculaires à l'axe de filage et reliés par des plats ou des cornières afin de présenter la résistance nécessaire pour encaisser les efforts d'extrusion.

Habituellement, le corps du vérin principal forme une culasse cylindrique fermée par un fond et enfilée dans deux orifices circulaires centrés sur l'axe de filage et ménagés sur les deux flasques avant et arrière de la traverse fixe, la partie avant de cette culasse prenant appui sur le flasque avant par un rebord extérieur en forme de collerette.

D'autre part, les deux flasques sont munis d'orifices alignés par paires et répartis autour de la culasse, dans lesquels sont enfilées les extrémités des tirants et les vérins auxiliaires.

Pour obtenir la productivité souhaitée, les opérations d'extrusion commandées par le vérin principal se succèdent à une cadence assez élevée et après le filage d'une billette, la traverse mobile doit être déplacée entre le sommier et la traverse fixe au moyen des vérins auxiliaires de manoeuvre de manière à permettre le chargement de la billette suivante.

De manière similaire, au cours de chaque période, le conteneur est déplacé au moyen des vérins auxiliaires de manoeuvre du conteneur. Après le chargement d'une nouvelle billette, le vérin principal est actionné pour commander l'extrusion du métal. En conséquence, au cours d'un cycle, la traverse fixe est soumise à des contraintes alternées variant en intensité et en fréquence. La structure mécano-soudée est donc soumise à rude épreuve et sa durée de vie est réduite. Il peut en résulter l'apparition de fissures dans les soudures reliant les éléments constitutifs de la traverse fixe. Lorsque ces fissures deviennent trop importantes, elles peuvent être détectées et réparées temporairement, mais ceci nécessite l'arrêt de l'installation. Par ailleurs, le vieillissement prématuré de la traverse fixe peut présenter des risques pour la sécurité.

L'invention a donc pour but de résoudre les problèmes précédemment cités en proposant une presse à filer comportant une traverse fixe ayant une résistance accrue aux cadences élevées, et par conséquent une durée de vie plus importante. L'invention a également pour but de proposer une presse à filer comportant une traverse fixe de mise en oeuvre simplifiée permettant un montage et un démontage rapides de la presse à filer. L'invention a également pour but de proposer une alternative aux traverses fixes existantes en proposant une traverse fixe qui soit plus compacte.

L'invention s'applique donc à une presse d'extrusion comportant, d'une façon générale :

  • une filière centrée sur un axe de filage et prenant appui sur un sommier,
  • un vérin principal de filage comportant un corps tubulaire fermé par un fond du côté opposé à la filière et limitant une chambre cylindrique centrée sur l'axe de filage et dans laquelle coulisse un piston d'extrusion,
  • une traverse fixe écartée axialement du sommier et sur laquelle prend appui le corps du vérin principal,
  • un conteneur placé entre le sommier et la traverse fixe et limitant un logement pour une billette de métal à filer par extrusion dans la filière sous faction du vérin principal,
  • au moins deux tirants fixés à leurs extrémités, respectivement sur le sommier et sur la traverse fixe pour le maintien entre ces derniers d'une distance constante.

Conformément à l'invention, la traverse fixe est constituée d'une seule pièce massive monobloc, réalisée par forgeage et comportant une partie centrale formant le corps du vérin principal, dans laquelle est ménagé un alésage central réalisé par usinage interne d'un orifice central obtenu lors du forgeage et formant la chambre dudit vérin, et au moins deux prolongations en forme d'oreilles s'étendant vers l'extérieur à partir de la partie centrale et traversées chacune par un conduit de passage d'une extrémité de fixation du tirant de maintien correspondant, s'étendant entre deux faces écartées, respectivement avant et arrière de ladite oreille sur lesquelles prend appui, dans deux directions opposées, ladite extrémité de fixation du tirant.

Dans un mode de réalisation particulièrement avantageux, au moins les faces d'appui placées sur un même côté, respectivement avant ou arrière, des oreilles, sont placées dans un même plan perpendiculaire à l'axe de filage, de façon à former ensemble une face d'application d'une plaque de fixation des extrémités des tirants et comportant, d'une part au niveau de chaque oreille, une partie d'appui du tirant correspondant et d'autre part, entre deux oreilles, au moins une partie d'appui pour au moins un organe auxiliaire de manoeuvre.

De préférence, les oreilles de la traverse s'étendent sur une longueur inférieure à celle de la partie centrale, de façon à ménager une face d'appui avant se trouvant en retrait de l'extrémité avant de la partie centrale et sur laquelle vient prendre appui la plaque de fixation avant, celle-ci étant munie d'un orifice central dans lequel s'emboîte l'extrémité avant de la partie centrale de la traverse massive.

De préférence encore, l'extrémité avant de la partie centrale de la traverse massive est munie d'un lamage externe ayant un fond annulaire placé au même niveau que la face d'appui avant et dans lequel vient s'emboîter la plaque de fixation avant.

Dans le mode de réalisation préféré, la plaque de fixation avant est interposée entre la face d'appui avant de chaque oreille et un organe de fixation du tirant correspondant prenant appui sur ladite oreille, au moins dans le sens inverse du sens d'extrusion.

Chaque tirant de maintien est enfilé dans une colonne creuse s'étendant entre le sommier et la traverse fixe et est soumis à une tension de précontrainte en prenant appui sur une face arrière de l'oreille correspondante, ladite colonne creuse prenant appui, dans le sens inverse, sur une face avant de ladite oreille, de préférence par l'intermédiaire d'une plaque de fixation d'au moins un organe auxiliaire de manoeuvre.

De préférence, une traverse mobile est montée coulissante axialement entre la traverse fixe et le sommier en prenant appui sur le conteneur dans le sens d'extrusion, et est actionnée par au moins deux vérins auxiliaires de manoeuvre ayant chacun un corps et une tige prenant appui, respectivement, sur la traverse massive et sur la traverse mobile pour le déplacement de cette dernière, le corps de chaque vérin auxiliaire de manoeuvre de la traverse mobile étant fixé sur une partie de la plaque de fixation avant comprise entre deux oreilles de la traverse massive.

De même, la presse comporte avantageusement au moins deux vérins auxiliaires de manoeuvre du conteneur ayant chacun un corps et une tige prenant appui, respectivement, sur la traverse fixe et sur le conteneur, le corps de chaque vérin auxiliaire de manoeuvre du conteneur étant fixé sur une partie de la plaque de fixation avant comprise entre deux oreilles de la traverse massive.

due préférence encore, le corps de chaque vérin auxiliaire de manoeuvre comporte une extrémité avant fixée sur la plaque de fixation avant de façon à prendre appui sur celle-ci dans le sens d'extrusion et dans le sens inverse, et une extrémité arrière prenant appui sur unes plaque de fixation arrière fixée sur les faces arrière des oreilles de la traverse massive.

De préférence, le corps de chaque vérin auxiliaire de manoeuvre est enfilé dans au moins un alésage de même diamètre ménagé au moins sur la plaque de fixation avant et comporte un épaulement prenant appui sur ladite plaque de fixation avant au moins dans le sens opposé au sens d'extrusion.

De préférence, le corps du vérin principal comporte une partie tubulaire cylindrique constituée de la partie centrale de la traverse massive entourant l'alésage fermant la chambre du vérin et un fond en forme de cuvette, coudé sur le pourtour de l'alésage, à une extrémités arrière de la partie tubulaire.

De préférence, les tirants de maintien et les oreilles sont centrés dans des plans passant par l'axe de filage et régulièrement répartis autour de celui-ci.

L'invention sera mieux comprise, et d'autres buts, détails, caractéristiques et avantages de celle-ci appaîtront plus clairement au cours de la description suivante d'un mode de réalisation particulier de l'invention, donnée uniquement à titre illustratif et non limitatif, en référence aux dessins annexés. Sur ces dessins :

  • La Figure 1 représente, en perspective et en coupe partielle, une traverse fixe selon l'art antérieur dans laquelle est logé un corps de vérin principal et deux vérins auxiliaires de manoeuvre ;
  • La Figure 2 représente, en coupe transversale, la traverse fixe selon l'art antérieur de la Figure 1 ;
  • La Figure 3A représente, en coupe axiale, une traverse fixe selon l'invention ;
  • La Figure 3B représente, en vue de devant, la traverse fixe selon l'invention ;
  • La Figure 4 représente, en perspective et en coupe partielle, la traverse fixe de la figure 3A portant une traverse mobile avec un vérin auxiliaire de manoeuvre ; et,
  • La Figure 5 représente, en perspective, la traverse fixe de la figure 3A sur laquelle est fixée l'extrémité d'un tirant de maintien et une colonne creuse associée, un vérin auxiliaire de manoeuvre du conteneur et un vérin auxiliaire de manoeuvre de la traverse mobile portant la traverse mobile associée.

Dans ce qui suit, les termes « avant » et « arrière » permettent de qualifier la position relative des éléments le long de l'axe de filage A orienté dans le sens de filage, de la traverse fixe vers le sommier en passant par la filière.

Comme indiqué plus haut, les figures 1 et 2 représentent, à titre d'exemple, une traverse fixe selon l'art antérieur, formant une poutre réalisée en construction mécano-soudée avec deux flasques écartés 10, 12 limitant respectivement deux orifices circulaires centrés sur l'axe de filage A, qui forment les faces avant et arrière d'un logement cylindrique dans lequel est inséré le corps 2 du vérin principal de filage qui prend appui, par l'intermédiaire d'une collerette 20, sur le flasque avant 10 de la traverse fixe 1.

Les figures 1 et 2 montrent seulement la traverse fixe et le corps du vérin principal, ainsi que deux vérins auxiliaires. Les autres organes de la presse peuvent être de tout type connu et ne sont pas représentés.

Dans le mode de réalisation représenté, les flasques 10 et 12 de forme sensiblement carrée sont des plaques épaisses de métal dans lesquelles sont ménagés respectivement, deux alésages axiaux 11 et 13. Le diamètre intérieur des ces alésages axiaux correspond au diamètre extérieur du corps de vérin 2 de manière à recevoir ce dernier. De plus, les flasques 10 et 12 comportent respectivement des alésages périphériques qui, de préférence, sont répartis symétriquement autour de l'axe de filage A. Sur la figure 2, huit alésages périphériques sont représentés. Les flasques 10 et 12 comportent respectivement une première série de quatre alésages périphériques 18 et 18' destinés à recevoir une extrémité des tirants de maintien s'étendant entre la traverse fixe 1 et le sommier. Avantageusement, ces alésages périphériques pour tirants 18 et 18' sont situés dans des plans axiaux orientés à ±45° par rapport à l'horizontale. Par ailleurs, les flasques 10 et 12 comportent respectivement une deuxième série de quatre alésages périphériques 19 et 19' destinés à supporter des vérins auxiliaires de manoeuvre 70 et 80 (figure 1), permettant de déplacer, respectivement, la traverse mobile ou le conteneur, en avant ou en arrière le long de l'axe de filage A. Les alésages périphériques pour vérins auxiliaire de manoeuvre 19 et 19' sont sensiblement placés au milieu des côtés des flasques 10 et 12, dans des plans axiaux horizontal et vertical. L'extrémité avant du corps d'un vérin auxiliaire de manoeuvre est logée dans un des alésages périphériques avant 19 et fixée sur le flasque avant 10, et son extrémité est logée dans l'alésage périphérique arrière 19' correspondant et fixée sur le flasque arrière 12.

Les flasques 10 et 12 sont écartées perpendiculairement à l'axe de filage A et maintenus à une distance constante par une structure de dimension correspondante formant entretoise. La figure 2 représente la traverse fixe 1 en coupe transversale. La structure entre les flasques 10 et 12 est constituée par une virole 14 et une pluralité de plaques ou cornières 16. Les éléments constitutifs de cette structure sont soudés ensemble, la structure est ensuite elle-même soudée aux flasques avant 10 et arrière 12. Il est à noter que les cornières 16 de la structure sont disposées de manière à renforcer la traverse fixe 1 aux endroits où sont appliquées les forces d'appui des tirants et des vérins et à donner à la poutre ainsi constituée l'inertie nécessaire pour résister aux efforts d'extrusion. En particulier, des cornières 16 sont disposées entre les deux flasques 10, 12 pour former avec la surface extérieure de la virole 14 des caissons de renfort dans lesquels passent les extrémités des tirants 18 et 18'.

Comme le montrent les figures 3A et 3B, contrairement à la traverse fixe de l'art antérieur, réalisée en construction mécano-soudée, la traverse fixe selon l'invention est constituée d'une seule pièce massive monobloc.

Cette traverse fixe massive 100 comporte une partie centrale 102 dans laquelle est ménagée un alésage axial principal 101 dont l'axe coïncide avec l'axe de filage A.

Ainsi, alors que, dans l'art antérieur, la traverse fixe est une simple poutre dans laquelle est enfilé le corps du vérin principal, dans l'invention, c'est la partie centrale 102 de la pièce massive 100 qui constitue elle-même le corps du vérin dont le piston coulisse dans l'alésage 101 qui constitue donc la chambre 4 du vérin principal. Cette chambre 4 est fermée, à l'arrière, par un fond 3 constitué, de préférence, d'une partie séparée en forme de cuvette, soudée sur le pourtour de l'alésage 101, à une extrémité arrière 103 de la partie centrale 102.

De façon connue, ce fond 3 peut être plein ou bien muni d'un alésage axial 31 permettant le passage coulissant d'une tige de prolongation vers l'arrière du piston du vérin.

Cette traverse fixe massive 100 selon l'invention comporte également au moins deux prolongations en forme d'oreilles faisant saillie radialement vers l'extérieur par rapport à la partie centrale 102 tubulaire. Dans le mode de réalisation préférentiel représenté sur les figures, la traverse fixe massive 100 comporte quatre telles oreilles 105 a-d. Elles sont réparties symétriquement autour de l'axe de filage A. Par exemple, les oreilles 105 a-d sont disposées dans des plans axiaux passant par l'axe de filage A et inclines à ±45° par rapport à un plan horizontal.

La partie centrale 102 et les oreilles 105 a-d de la traverse massive 100 sont réalisées en une seule pièce par forgeage. L'alésage 101 de grand diamètre est réalisé par usinage interne d'un orifice central obtenu lors du forgeage.

Les tirants de maintien d'une distance constante entre la traverse fixe massive 100 et le sommier (non représenté) et les vérins auxiliaires de manoeuvre du conteneur et de la traverse mobile prennent appui dans deux sens opposés, vers l'avant et vers l'arrière, sur la traverse massive 100 qui constitue donc à la fois le corps du vérin et la poutre d'appui transversale.

Chaque oreille 105 a-d a respectivement pour fonction d'offrir un appui à l'extrémité d'un tirant de maintien 60 a-d associé (figure 5), l'autre extrémité dudit tirant prenant appui sur le sommier. Chaque oreille 105 a-d est traversée par un conduit 106 a-d associé cylindrique dont l'axe B a-d est parallèle à l'axe de filage A. Chaque conduit 106 a-d s'étend entre une face d'appui avant 107 a-d et une face d'appui arrière 108 a-d de l'oreille 105 a-d correspondante. Les conduits 106 a-d ont pour fonction de former un passage pour l'extrémité de fixation du tirant de maintien 60 a-d correspondant.

De manière avantageuse, les différentes faces d'appui avant 107 a-d sont situées dans un même plan avant P1 perpendiculaire à l'axe de filage A. les faces d'appui avant 107 a-d définissent ensemble, sur la traverse fixe massive 100, une surface d'application avant 111. De manière similaire, les différentes faces d'appui arrière 108 a-d sont situées dans un même plan arrière P2 perpendiculaire à l'axe de filage A. Les faces d'appui arrière 108 a-d définissent ensemble, sur la traverse fixe massive 100, une surface d'application arrière 113.

En outre, pour faciliter la fixation des différents organes auxiliaires sur les oreilles 105, au moins la surface d'application avant 111 est recouverte d'une plaque de forme correspondante, avec un orifice central correspondant au corps de vérin et quatre branches en étoiles recouvrant chacune des oreilles.

Pour cela, dans le mode de réalisation actuellement préféré représenté sur les figures, les oreilles 105 a-d de la traverse fixe massive 100 s'étendent sur une longueur inférieure à celle de la partie centrale 102, de manière à ce que la surface d'application avant 111 se trouve en retrait de l'extrémité avant 104 de la partie centrale 102.

Les tirants 60 a-d et les vérins auxiliaires de manoeuvre 70 a-b et 80 a-b prennent appui dans deux sens opposés sur la traverse fixe massive 100 à travers une plaque de fixation avant 110 et une plaque de fixation arrière 112. La surface d'application avant 111 de la traverse fixe massive 100 permet de recevoir la plaque de fixation avant 110 qui prend appui sur ladite oreille dans le sens inverse du sens d'extrusion. La surface d'application arrière 113 permet de recevoir la plaque de fixation arrière 112 qui prend appui sur ladite oreille dans le sens d'extrusion.

La plaque de fixation avant 110 comporte un orifice central avant 116 qui s'emboîte sur une extrémité avant 104 de la partie centrale 102 de la traverse fixe massive 100. De manière avantageuse, l'extrémité avant 104 de la partie centrale 102 est munie d'un lamage externe 120 ayant un fond annulaire placé au même niveau que la face d'application avant 111 et dans lequel vient s'emboîter la plaque de fixation avant 110, celle-ci étant alors munie d'un orifice central avant 116 circulaire dont le diamètre intérieur est adapté au diamètre extérieur du lamage 120.

La plaque de fixation arrière 112 comporte un orifice central arrière destiné à permettre le passage du fond 3 pour que la plaque de fixation arrière vienne effectivement en contact plan sur la surface d'application arrière 113 de la traverse fixe massive 100. En variante, et tel que cela est représenté sur la figure 5, la plaque arrière 112 est en fait constituée de deux sous-plaques 112a et 112b disposées respectivement à droite et à gauche du fond 3.

La plaque de fixation avant 110 (respectivement la plaque de fixation arrière 112) comporte une première série d'alésages périphérique avant pour le passage des tirants 118 (respectivement alésage périphérique arrière pour tirant 118') destinés à coopérer avec les conduits 106 a-d de manière à supporter l'extrémité d'un tirant de maintien 60. Ainsi, la plaque de fixation avant 110 est interposée entre une face d'appui avant 107 a-d d'une oreille 105 a-d et un organe de fixation du tirant 60 a-d correspondant. Il est à noter que les plaques de fixation avant 110 et arrière 112 sont solidarisées à la traverse fixe massive 100 par les tirants de maintien 60 a-d.

De façon connue, les tirants sont précontraints et, pour cela, enfilés chacun dans une colonne creuse interposée entre le sommier et la traverse fixe, pour empêcher leur rapprochement sous l'effet de la précontrainte.

L'extrémité d'une telle colonne est représentée sur la figure 5 et porte le chiffre de référence 65 a-d. Avant la mise en fonctionnement de la presse, une tension de précontrainte est appliquée sur les tirants de maintien 60 a-d qui prennent alors appui sur la face arrière d'appui 108 a-d de l'oreille 105 a-d correspondante éventuellement au travers de la plaque arrière de fixation 112. Ladite colonne creuse, travaillant en compression, prend appui, dans le sens inverse du sens d'extrusion, sur la face d'appui avant 107 a-d de l'oreille 105 a-d correspondante par l'intermédiaire de la plaque avant de fixation 110.

Les plaques de fixation 110 et 112 supportent également les vérins auxiliaires de manoeuvre.

Pour cela, la plaque de fixation avant 110 et la plaque de fixation arrière 112 comportent chacune une deuxième série d'alésages périphériques, respectivement avant 119 et arrière 119' alignés par paires et dans lesquels sont enfilés les vérins auxiliaires de manoeuvre : par exemple, comme cela est représenté sur la figure 5, de chaque côté de l'axe de filage, un vérin auxiliaire de manoeuvre de la traverse mobile 70 est supporté dans des alésages périphériques 119 et 119' inférieurs ; et un vérin auxiliaire de manoeuvre du conteneur 80 est supporté dans des alésages périphériques 119 et 119' supérieurs. Ainsi, dans le mode de réalisation préféré, les alésages périphériques 119 et 119', au nombre de quatre, sont disposés symétriquement de part et d'autre d'un plan axial horizontal.

Le corps 72, 82 de chaque vérin auxiliaire de manoeuvre 70, 80 comporte une extrémité avant fixée sur la plaque avant de fixation 110, de façon à prendre appui sur celle-ci dans le sens d'extrusion et dans le sens inverse. L'extrémité arrière du corps 72, 82 de chaque vérin auxiliaire de manoeuvre 70, 80 est supportée par la plaque arrière de fixation arrière 112. Dans le mode de réalisation envisagé, les forces de réaction des vérins ou des tirant sont appliquées de préférence sur la plaque de fixation avant 110. En conséquence, la plaque de fixation avant 110 est plus épaisse que la plaque de fixation arrière 112. Cette dernière a pour fonction de supporter les corps des vérins auxiliaire pour assurer leur parfait alignement.

La forme extérieure d'une oreille 105 a-d peut varier. De préférence, comme cela est représenté sur la figure 3B, les oreilles ont une forme polyédrique composée de surfaces planes. En particulier, les oreilles inférieures peuvent être formées de manière à présenter une surface inférieure horizontal 109c et 109d qui définissent ensemble un plan de base horizontal permettant de faire reposer la traverse fixe massive 100 sur une dalle en béton.

Avantageusement, les oreilles inférieures 105 c et 105 d comportent respectivement des rainures s'ouvrant latéralement vers l'extérieur. Les faces inférieures de ces rainures sont munies d'alésages débouchant sur lesdites surfaces inférieures 109c et 109d. Ils permettant d'insérer des moyens de fixation perpendiculairement aux surfaces inférieures horizontales 109c et 109d pour fixer la traverse fixe massive 100 à la dalle.

Bien entendu, l'invention n'est nullement limitée au mode de réalisation particulier qui vient d'être décrit à titre de simple exemple et couvre également tous les équivalents techniques des moyens décrits ainsi que leurs combinaisons.

Par exemple, il est avantageux de réaliser la fond de la chambre du vérin sous forme d'une pièce séparée soudée sur le pourtour de l'orifice arrière de l'alésage central 101 mais le fond pourrait aussi faire corps avec la traverse en ménageant simplement un alésage borgne dans la partie centrale de celle-ci.

Par ailleurs, la forme et le nombre des oreilles 105 peut varier.

Compte tenu des efforts à supporter, il est avantageux de faire passer les tirants dans les oreilles, les vérins auxiliaires étant montés simplement sur les plaques de fixation 110, 112 ou, même, sur une seule plaque avant 110, mais d'autres dispositions sont possibles, notamment pour s'adapter aux caractéristiques propres de la presse et de ses organes auxiliaires.