Sign up
Title:
Bracelet with articulated links
Kind Code:
B1
Abstract:
Abstract of EP1428451
The bracelet has modular sets (1, 1 , 1) with two hinged parts (2-6) around a transverse median axis (7) and having units (3b, 4b, 5b) to receive two transverse stems of articulation. The stems laterally emerge from returning and two projecting portions of the modular units, so that when the parts receive two stems, other stems are locked angularly around the axis and are between two side faces of the returning portion.


Inventors:
Macé, Jean-sébastien (15, rue Saint Etienne, 74960 Cran Gevrier, FR)
Application Number:
EP20020406089
Publication Date:
02/13/2008
Filing Date:
12/11/2002
Assignee:
Rolex SA. (3-5-7 rue François Dussaud, 1211 Genève 24, CH)
International Classes:
A44C5/10
European Classes:
A44C5/10D
View Patent Images:
Foreign References:
GB2260072A
2001022073
Attorney, Agent or Firm:
Savoye, Jean-paul (Moinas & Savoye S.A., 42, rue Plantamour, 1201 Genève, CH)
Claims:
1. An articulated strap with links which are arranged so as to penetrate one into the other in the longitudinal direction and are connected by means of transverse hinge pins, characterized in that it has a succession of modular assemblies, (1, 1', 1"..., 31, 31', 31"...), each comprising two articulated parts (2, 5, 6; 3, 4; 32, 33) assembled to one another about a transverse center pin (7, 38) and equipped with means (3b, 4b, 5b; 35b, 36b, 34a) for receiving, on either side of this center pin (7, 38), two transverse connecting articulation rods (8, 41) which are integral, on the one hand, with one (3, 4; 32) of said articulated parts and issue laterally into a set-back portion of said modular assembly and are integral, on the other hand, with said two articulated parts (2, 5, 6; 3, 4; 32, 33) and issue laterally from two projecting portions (3, 5; 35, 36) of said modular assembly, in such a way that, when said two articulated parts (2, 5, 6; 3, 4; 32, 33) are aligned in order to receive one of said rods (8; 41), the other of these rods is locked angularly about said transverse center pin (7; 38) and is located between two lateral faces of said set-back portion of said modular assembly.

2. The strap as claimed in claim 1, comprising at least five longitudinal rows of adjacent links (2-6) which occupy alternately two longitudinal positions and are connected by means of said transverse center pin (7) so as to form said modular assembly (1) comprising three (2, 4, 6) and two (3, 5) links aligned transversely in said respective longitudinal positions, said two transversely aligned links (3, 5) having passing through them said transverse rod (8) for articulation on said adjacent modular assembly (1'), one of said two parts of said modular assemblies (1, 1' , ...) comprising the links (2, 6) of the lateral rows, and one of said two transversely aligned links (3, 5) being integral in terms of rotation with said transverse center pin (7), the other of said parts comprising the link (4) of the central row and the other of said two transversely aligned links (3, 5), so that putting in place said transverse articulation rod (8) makes the five adjacent links (2-6) of each modular assembly (1, 1', ...) integral in terms of rotation with said transverse center pin (7).

3. The strap as claimed in claim 2, wherein said transverse center pin (7) and said transverse articulation rods (8) are mounted in respective transverse guide orifices (3a, 4a, 5a, 3b, 4b, 5b) formed in said links (3, 4, 5).

4. The strap as claimed in claim 3, wherein each of said transverse articulation rods (8) is mounted freely slidably through said transverse orifices (3b, 4'b, 5b) of three links (3, 4', 5) of the respective inner longitudinal rows of two of said adjacent modular assemblies (1, 1', ...), said transverse articulation rods (8) being retained at their two ends by the inner lateral faces of the links (2, 6) of the two lateral rows of one of said adjacent modular assemblies (1, 1', ...), once the five adjacent links (2-6) of this modular assembly are made integral with one another about said transverse center pin (7) by means of said transverse articulation rod (8).

5. The strap as claimed in one of the preceding claims, wherein the first of said adjacent modular assemblies (1, 1', ...) is connected to a watch case at a connecting member (9) comprising two projections (13, 15), the respective widths of which correspond to those of said two transversely aligned links (3, 5) of said modular assemblies (1, 1', ...) and through which pass coaxial transverse orifices (13b, 15b), in order to receive between said projections a central link (4) of a modular assembly (1, 1', ...) retained by one of said transverse articulation rods (8) passing through the transverse orifices (13b, 15b) of said projections (13, 15) and the transverse orifice (4b) of said central link (4).

6. The strap as claimed in one of the preceding claims, wherein the last of said articulation rods (8) is formed by a spring bar (18), the two ends of which are mounted removably in two receptacles (16, 12) of two fastening members (2*, 6*) integral with a clasp element (14).

7. The strap as claimed in one of claims 2 to 5, wherein the last of said transverse articulation rods (8) is formed by a rod (11) threaded at one end (11a) intended to be screwed into a corresponding thread formed in a fastening member (6*), the other end of this rod (11) being arranged in a transverse orifice of a second fastening member (2*), these two fastening members (2*, 6*) being integral with a clasp element (14).

8. The strap as claimed in one of the preceding claims, wherein two of said modular assemblies (1, 1') are arranged mirror-symmetrically with respect to one another about a transverse axis of the strap, with their two transversely aligned links (3, 5, 3', 5') turned toward the ends of the strap, two independent links (3*, 5*) both being connected to each of the central links (4, 4') of said modular assemblies (1, 1') by means of two of said transverse articulation rods (8).

9. The strap as claimed in one of claims 2 to 4 and 8, wherein one of said modular elements, which is located at one of the ends of a strap portion, said end being intended to be connected to the horns of a watch case, terminates in said two transversely aligned links, and wherein an element for connection to said case comprises two parts (19a, 19b) articulated on one another about a transverse articulation rod (20), these two parts (19a, 19b) each comprising transverse passages (23c, 24c, 25c; 28c, 27c) for the passage of a bar for fastening to said horns when said passages are aligned with a common axis, said fastening bar serving, furthermore, for locking said two parts (19a, 19b) about said transverse articulation rod (20).

10. The strap as claimed in claim 1, wherein each of the two parts (32, 33) of said modular assemblies comprise two links (34, 35, 36, 37), an outer link (34, 37) and an inner link (35, 36), and the two inner links of the two parts (32, 33) of a modular assembly penetrate between the two outer links (34, 37) of the two parts of the adjacent modular assembly and are connected independently on one another to said transverse center pin (38), said transverse articulation rods (41) each being integral with one of the respective outer links (34, 37) of said modular assemblies.

Description:

La présente invention se rapporte à un bracelet articulé à maillons disposés pour s'interpénétrer dans le sens longitudinal et reliés par des axes transversaux d'articulation (voir

EP-A- 1048 240).

On connaît des bracelets de ce genre, notamment des bracelets de montres dans lesquels au moins certaines séries transversales de maillons adjacents sont démontables pour permettre de modifier la longueur du bracelet en fonction de la grosseur du poignet du porteur de ce bracelet. En général, ces séries transversales de maillons démontables sont assemblées par des vis qui sont visibles sur la tranche du bracelet. Les autres séries transversales de maillons sont reliées par des goupilles chassées dans les maillons latéraux, pour permettre à ceux-ci de pivoter par rapport aux maillons centraux.

Outre le fait que les vis sont visibles, un tel bracelet n'est pas entièrement démontable et nécessite une intervention délicate pour séparer les maillons tenus par des goupilles au cas où il serait nécessaire de changer un maillon.

On a déjà proposé dans le

EP-0089 421, le

WO 93/08713 et le

WO 94/12069 des bracelets articulés démontables, assemblés par des éléments d'articulation engagés librement sur des chevilles de pivotement, ces éléments d'articulation étant verrouillés par des organes vissés sur le côté du bracelet tourné vers le bras du porteur, de sorte que les vis ne sont pas visibles lorsque le bracelet est porté. Il s'agit là sans doute d'une amélioration sur le plan de l'esthétique, qui ne saurait cependant répondre aux critères les plus exigeants qui sont ceux d'articles haut de gamme. En effet, dans une vitrine ou lors de l'achat, le client voit d'abord le bracelet non porté, de sorte qu'il peut remarquer les vis de fixation quelle que soit la face du bracelet sur laquelle elles apparaissent. Le fait de voir des vis confère immédiatement à un tel bracelet le caractère d'un objet dont le côté fonctionnel à pris le pas sur le côté esthétique, ce qui n'est évidemment pas valorisant pour un article haut de gamme de ce type, dont l'aspect irréprochable est le gage de sa bonne facture.

Le brevet

CH-558 153 est relatif à un bracelet articulé comprenant des maillons solidaires d'une tige d'articulation transversale qui fait saillie à une extrémité du maillon et qui ne s'étend pas sur toute sa largeur. Cette tige est introduite dans un logement s'ouvrant sur la face inférieure du maillon adjacent et maintenue en place par un élément de verrouillage à ressort. Dans ce cas, les vis sont remplacées par un ressort. Dans le cas d'un bracelet en or, un tel ressort pourrait difficilement être dans le même métal que le bracelet. Par ailleurs, même si il ne s'agit pas d'une vis, cet organe de fixation doit présenter une ouverture pour permettre le démontage et conserve donc un caractère fonctionnel et non décoratif, lui donnant un aspect dont l'esthétique ne s'intègre pas au reste du bracelet.

Une autre solution a été proposée dans le

CH-688 430, qui consiste à former des maillons comprenant trois parties de largeurs différentes, décalées longitudinalement les une par rapport aux autres. Une partie centrale étroite est suivie par une partie de largeur intermédiaire s'étendant de part et d'autre de l'axe médian du bracelet et enfin par une partie dont la largeur correspond à celle du bracelet. Chaque partie centrale et chaque partie de largeur intermédiaire est percée transversalement au bracelet. Chaque partie large du maillon comporte un dégagement de largeur correspondant à la largeur intermédiaire, et chaque partie intermédiaire comporte un dégagement de largeur correspondant à la partie centrale la plus étroite. De ce fait, deux maillons adjacents peuvent s'imbriquer l'un dans l'autre et être retenus ensemble par une barrette glissée dans les ouvertures transversales coaxiales des parties intermédiaires et de la partie centrale du maillon adjacent. Cette barrette passe librement à travers ces ouvertures, mais est retenue axialement dès que l'on place le maillon suivant. En effet, la barrette vient buter contre les bords du dégagement de largeur correspondante de ce maillon suivant et est donc bloquée axialement. Le principal inconvénient de cette solution réside dans le fait que l'amplitude de l'articulation de maillons doit être limitée pour que la barrette soit toujours en butée contre les bords du dégagement du maillon suivant. Par ailleurs, avec cette solution, les maillons sont nécessairement décalés longitudinalement les uns par rapport aux autres.

On a enfin proposé dans le

EP 0 310 536 un bracelet comportant deux rangées de maillons latéraux, chacun solidaire d'un demi-axe qui se termine par une tête adjacente à une gorge. Deux maillons intermédiaires sont disposés entre ces maillons latéraux et un maillon central. Les maillons intermédiaires présentent deux passages parallèles à axes transversaux, dont l'un est destiné à recevoir un demi-axe en laissant dépasser la tête et la gorge adjacente. Le maillon central de fixation présente un évidement longitudinal dont la section est de forme complémentaire de celle des deux têtes des deux demi-axes. L'évidement longitudinal s'ouvre à une extrémité et présente deux fentes latérales dont la largeur correspond au diamètre des gorges adjacentes aux têtes des demi-axes.

Pour monter le bracelet, on engage les deux demi-axes dans les passages respectifs de deux maillons intermédiaires, puis on introduit les deux têtes des demi-axes dans l'évidement longitudinal à partir de son extrémité ouverte. On fait coulisser longitudinalement chaque paire de maillons latéraux intermédiaires jusqu'à ce que les autres passages des maillons intermédiaires coïncident avec le passage du maillon central. On introduit alors une tige de pivotement à travers les deux passages, de sorte que tous les maillons composant le bracelet sont articulés autour de deux axes.

Bien qu'un tel bracelet ne comporte pas de vis et qu'aucun élément faisant partie de l'assemblage ne soit visible en position d'utilisation, c'est-à-dire lorsque le bracelet entoure le poignet, l'extrémité de l'évidemment longitudinal qui débouche dans une face latérale du bracelet devient visible dès qu'un angle suffisant est formé entre cette face latérale et le maillon adjacent à cette face latérale.

Le but de la présente invention est un bracelet articulé à maillons dans lequel aucun élément d'assemblage ne soit visible, sur aucune face, même une face latérale de maillons qui se situe à l'intérieur du bracelet. Le but de cette invention est aussi d'avoir le moins possible, voire aucun élément d'assemblage à vis, pour éviter tout risque de dévissage d'une vis pas suffisamment serrée.

A cet effet, cette invention a pour objet un bracelet articulé à maillons selon la revendication 1.

Malgré l'absence de vis entre les ensembles modulaires dont est formé le bracelet, celui-ci est entièrement démontable sans aucun outil, ce qui permet de le mettre facilement à la bonne longueur lors de la vente d'une montre dans le cas d'un bracelet de montre.

Le verrouillage des tiges transversales d'articulation de ce bracelet est obtenu par le basculement des deux parties d'un ensemble modulaire autour de l'axe transversal médian, destiné à faire coïncider les deux maillons alignés transversalement avec la tige transversale d'articulation. Ainsi, la mise en place de chaque élément modulaire permet, en immobilisant en rotation les deux parties de l'ensemble modulaire autour de l'axe transversal médian, de verrouiller axialement la tige transversale d'articulation entre les faces latérales tournées vers l'intérieur des deux maillons respectifs des rangées latérales voire entre une face latérale d'un maillon d'une rangée latérale et le maillon de la rangée latérale opposée lorsque la tige est solidaire de ce dernier maillon.

De préférence, les tiges transversales d'articulation sont libres, en sorte que leur usure résultant de l'oscillation des deux éléments modulaires autour de lui est réduite au minimum.

D'autre particularités et avantages du bracelet objet de cette invention apparaîtront au cours de la description qui suit, faite à l'aide des dessins annexés qui illustrent, schématiquement et à titre d'exemple, une forme d'exécution ainsi que diverses variantes du bracelet articulé à maillons, objet de la présente invention.

  • La figure 1 est une vue en perspective éclatée d'un des éléments modulaires dont est formé le bracelet;
  • la figure 2 est une vue en perspective d'une portion de bracelet avec un élément modulaire selon la figure 1 dans la première phase de son processus d'assemblage;
  • la figure 3 est une vue semblable à la figure 2 illustrant une deuxième phase d'assemblage;
  • la figure 4 est une vue semblable à la figure précédente, illustrant la dernière phase d'assemblage;
  • la figure 5 est une vue en perspective montrant un élément de liaison entre une extrémité du bracelet et une boîte de montre;
  • la figure 6 est une vue en perspective montrant un premier moyen de fixation d'une extrémité du bracelet à un élément de fermoir;
  • la figure 7 est une vue en perspective illustrant une variante de la figure 6;
  • la figure 8 montre une variante d'un ensemble modulaire du bracelet selon l'invention conçu pour permettre d'allonger ou de raccourcir le bracelet depuis ses deux extrémités ;
  • la figure 9 est une vue en perspective éclatée d'une variante de l'élément de liaison entre une extrémité du bracelet et une boîte de montre de la figure 5;
  • la figure 10 est une vue en perspective de l'élément de liaison de la figure 9 en position assemblée;
  • la figure 11 est une vue en perspective éclatée d'une variante du bracelet;
  • la figure 12 est une vue en perspective de la variante de la figure 11 en cours de montage.

Le bracelet selon l'invention est formé d'une succession d'ensembles modulaires 1 similaires, articulés les uns aux autres, dont l'un est illustré avant assemblage par la figure 1. Cet ensemble modulaire comporte cinq maillons adjacents 2, 3, 4, 5, 6 dans le sens transversal du bracelet, chacun d'eux faisant partie d'une des cinq rangées longitudinales de maillons formant le bracelet. Ces maillons 2-6 occupent alternativement deux positions longitudinales et sont reliés les uns aux autres par un premier axe transversal médian 7 qui passe librement au travers d'ouvertures transversales de guidage 3a, 4a, 5a des maillons 3-5 et dont les deux extrémités sont chassées dans des trous borgnes 2a, 6a ménagés dans les faces latérales internes des deux maillons latéraux 2 et 6. Par conséquent, en position assemblée de l'ensemble modulaire 1, les deux maillons latéraux 2, 6 et le maillon central 4 sont alignés dans une des deux positions longitudinales, tandis que les deux maillons 3, 5 sont alignés transversalement dans la seconde position longitudinale et forment deux saillies qui sont destinées à pénétrer dans deux parties rentrantes d'un ensemble modulaire adjacent, formées entre les trois maillons 2, 4 et 6.

Ces deux maillons 3, 5 et le maillon central 4 comportent chacun une seconde ouverture transversale de guidage 3b, respectivement 4b, 5b qui traverse leurs parties décalées respectives par rapport à l'axe transversal médian 7 et situées toutes trois à la même distance de cet axe. Un des maillons 3, 5 est solidaire du maillon latéral adjacent 2 ou 6, tandis que l'autre de ces maillons 3, 5 est solidaire du maillon central 4. Comme les deux maillons latéraux 2, 6 sont chassés sur l'axe de liaison 7 et que l'un d'eux est solidaire du maillon adjacent 3 ou 5, trois maillons sont solidaires de l'axe transversal médian 7 et forment une première partie de l'ensemble modulaire 1. Les deux autres maillons 4 et 3 ou 5 sont solidaires l'un de l'autre et forment une seconde partie de l'ensemble modulaire 1, mais sont libres de tourner autour de l'axe transversal médian 7.

A noter que les deux paires de maillons adjacents solidaires l'un de l'autre, peuvent être réalisées à partir de deux pièces soudées ou fixées de toute autre manière appropriée l'une à l'autre. Ces deux paires de maillons solidaires pourraient aussi être directement constituées chacune d'une seule pièce, ne donnant alors que l'apparence d'être réalisée à partir de deux pièces assemblées. Toutefois, compte tenu du fait que le bracelet obtenu donne l'apparence d'être formé de cinq rangées longitudinales de maillons décalés alternativement dans le sens longitudinal, pour simplifier les explications, on les considèrera comme deux maillons solidaires, même si en réalité ils sont directement formés d'une seule pièce.

Comme le maillon central 4 et l'un des maillons 3, 5, dans cet exemple le maillon 3, qui sont solidaires l'un de l'autre sont libres de tourner autour de l'axe transversal médian 7, une fois l'ensemble modulaire 1 assemblé, comme illustré par la figure 2, ces maillons 3, 4 peuvent être tournés d'environ 90° autour de l'axe transversal médian 7, comme illustré par la figure 2, pour dégager l'ouverture transversale 4b de l'espace situé entre les maillons latéraux 2, 6 et permettre d'y accéder axialement, ce qui n'est pas possible lorsqu'elle se trouve dans l'espace situé entre les maillons latéraux 2, 6.

Une fois, cette ouverture transversale 4b placée comme illustré sur la figure 2, le maillon 4 peut être amené entre les maillons 3' et 5' de l'élément modulaire 1' qui se situe à l'extrémité avant de la portion de bracelet à laquelle doit être ajouté l'élément modulaire 1. L'ouverture transversale 4b du maillon 4 doit être alignée sur les ouvertures 3'b, 5'b des maillons 3', 5' de l'élément modulaire 1', ce qui permet la mise en place d'une tige transversale d'articulation 8, comme illustré par la figure 3.

Pour bloquer transversalement cette tige transversale d'articulation 8, il faut basculer les deux maillons 3, 5 solidaires l'un de l'autre autour de l'axe transversal médian 7, jusqu'à ce que les ouvertures transversales de guidage 3b, 5b des maillons 3, 5 soient alignées transversalement. Dans cette position les deux parties 3, 5 de l'ensemble modulaire sont alignées, c'est-à-dire que leurs faces planes inférieures sont situées sur un même plan. Les faces latérales internes des maillons latéraux 2, 6 viennent se positionner contre les faces latérales adjacentes des maillons 3', respectivement 5', bouchant ainsi les extrémités des ouvertures transversales 3'b, 5'b et verrouillant ainsi axialement la tige transversale d'articulation 8.

Par la même occasion, une fois la tige transversale d'articulation 8 engagée dans les ouvertures transversales 3'b, 5'b des maillons 3' et 5', elle rend les deux parties, celle formée des maillons solidaires 3, 4 d'une part et celle formée des maillons 2, 5, 6 solidaires de l'axe 7 d'autre part, solidaires l'une de l'autre, en sorte que l'élément modulaire 1 forme alors un élément dont tous les maillons sont solidaires les uns des autres, seul la tige transversale d'articulation 8 assurant l'articulation des deux ensembles modulaires adjacents 1, 1'. Ainsi, chaque fois qu'une tige transversale d'articulation 8 relie les deux maillons 3, 5 appartenant respectivement aux deux parties d'un élément modulaire 1, susceptibles de tourner l'une par rapport à l'autre autour de l'axe de liaison 7, celles-ci sont immobilisées et ne forment plus alors qu'un seul ensemble modulaire articulé à l'ensemble modulaire adjacent autour du seul axe 8.

Par conséquent, étant donné que les ensembles modulaires 1, 1',..., pivotent chacun autour de la seule tige 8, les faces latérales internes des maillons latéraux 2, 6 qui jouent le rôle de butées axiales aux deux extrémités de cette tige 8, restent fixes par rapport à elle, l'empêchant de sortir des ouvertures transversales 3'b, 4b, 5'b ménagées dans les maillons 3', 4, 5' de deux ensembles modulaires 1, l'adjacents reliés par cette tige 8. L'assemblage devient dès lors indémontable.

Le bracelet peut être démonté, mais en partant toujours de l'extrémité par laquelle le montage des ensembles modulaires 1, 1',..., s'est terminé. On commence par enlever la dernière tige transversale d'articulation 8 mise en place pour permettre aux deux parties de l'ensemble modulaire 1, formées respectivement des maillons 2, 5, 6, solidaires de l'axe transversal médian 7 et des maillons 3, 4, de pivoter l'une par rapport à l'autre afin d'autoriser la sortie de la tige transversale d'articulation 8 suivante, pour séparer les deux ensembles modulaires 1, 1' adjacents. Les deux parties formées de deux, respectivement trois maillons solidaires de l'axe transversal médian 7 de chaque ensemble modulaire 1 sont ainsi libérées l'une de l'autre au fur et à mesure, permettant le démontage successif de tous les ensembles modulaires 1, 1',... .

Pour relier le premier ensemble modulaire 1, par exemple à un boîtier de montre (non représenté) et étant donné qu'il n'est plus possible d'accéder à l'ouverture transversale 4b du maillon central 4 une fois que les deux parties susmentionnées formant l'ensemble modulaire 1, 1' ont été immobilisées par la tige transversale d'articulation 8, nous allons donner ici, à titre d'exemple, une solution possible pour éviter de devoir démonter le bracelet. L'une d'elles est illustrée ici par la figure 5.

A cet effet, au début du montage du bracelet, on peut commencer par relier le premier ensemble modulaire 1 à un organe de liaison 9 qui comporte un passage 10 destiné à recevoir une barrette de fixation (non représentée) aux cornes d'une boîte de montre (non représentée) entre lesquelles l'organe de liaison 9 est ajusté, la largeur de cet organe de liaison 9 correspondant à l'écartement entre les cornes de la boîte et sa face 9a adjacente à la face externe de la boîte épousant le contour de celle-ci, de sorte que lorsque la barrette disposée dans le passage 10 est fixée aux cornes de la boîte, cet organe de liaison 9 devient solidaire de cette dernière.

Cet organe de liaison 9 comporte deux saillies 13 et 15 dont la forme, l'écartement et les dimensions correspondent aux maillons 3, 5 d'un ensemble modulaire 1, mais ces saillies 13, 15 sont solidaires de l'organe de liaison. Dans ces conditions, le maillon central 4 d'un ensemble modulaire 1 peut être introduit entre les deux saillies 13, 15 et fixé à ces saillies par une tige transversale d'articulation 8 identique à celle reliant tous les ensembles modulaires 1, 1',..., entre eux, passant à travers l'ouverture transversale 4b du maillon central 4 et des ouvertures coaxiales 13b, 15b traversant les saillies 13, respectivement 15. Une fois cette liaison effectuée, les ensembles modulaires 1, 1',..., suivants peuvent être ajoutés en les reliant les uns aux autres comme décrit précédemment en relation avec les figures 2-4.

Pour permettre le démontage du bracelet, la dernière tige transversale d'articulation 8, destinée dans le cas d'une montre bracelet, à relier le bracelet à un fermoir, sera avantageusement constituée, selon une première variante, comme illustré par la figure 6, par une barrette à ressort 18 de type connu, qui passe à travers les ouvertures 3b, 5b des maillons 3, respectivement 5. Cette barrette à ressort comporte au moins une extrémité 18a formée par un piston monté coulissant par rapport au corps de barrette 18 qui renferme un ressort à boudin (non visible) qui exerce une pression axiale constante sur le piston 18a tendant à le faire sortir du corps de barrette 18. L'autre extrémité 18b de cette barrette 18, qui peut aussi être formée par un piston coulissant, est introduite dans un logement 16 d'un organe de fixation en forme de maillon 6* solidaire d'une lame 14 d'un fermoir à boucle déployante 17. Le fond de ce logement 16 se termine par un trou borgne (non visible) dans lequel l'extrémité 18b de la barrette 18 s'engage. Une pression axiale exercée sur l'autre extrémité 18a permet de faire rentrer le ou les pistons solidaires des extrémités 18a, 18b dans le corps de la barrette 18 jusqu'à ce qu'une butée annulaire 18c, respectivement 18d bute contre le corps de barrette 18. La longueur raccourcie de la barrette 18 permet alors d'engager l'autre extrémité 18a dans un logement 12 d'un organe de fixation en forme de maillon 2* solidaire de la lame 14 du fermoir 17. En relâchant la pression axiale sur la barrette 18, son extrémité 18a s'engage dans un trou borgne situé au fond du logement 12, réalisant ainsi la fixation amovible du bracelet au fermoir 17.

Chaque logement 16, 12 s'ouvre latéralement sur la face inférieure (celle tournée contre le bras du porteur) des maillons 2*, 6* solidaires de la lame 14 du fermoir 17 pour permettre d'accéder aux butées annulaires 18c, 18d en vue de rétracter axialement le ou les pistons 18a, 18b de la barrette pour détacher le bracelet du fermoir 17.

A titre de variante et comme illustré par la figure 7, on peut éviter de devoir pratiquer les ouvertures latérales des logements 16, 12 qui apparaissent sur le revers du bracelet, en remplaçant la barrette 18 par une tige de liaison et d'articulation 11 dont une extrémité 11a est filetée, tandis que l'extrémité opposée présente une fente diamétrale 11b pour permettre de visser l'extrémité 11a dans un filetage ménagé dans le maillon 6* de la lame 14 du fermoir 17. Cette tige 11 passe également dans une ouverture transversale traversant l'autre maillon 2* solidaire de la lame 14 du fermoir 17, ainsi que dans les ouvertures 3b, 5b des maillons 3, respectivement 5 de l'extrémité du bracelet.

Dans la forme d'exécution du bracelet décrite en relation avec les figures 1 à 4, le bracelet croît à partir d'une extrémité en direction de l'autre extrémité.

La variante illustrée par la figure 8 montre comment il est possible de faire croître ou de raccourcir le bracelet selon l'invention depuis ses deux extrémités. Il suffit pour cela de disposer deux ensembles modulaires 1, l'en symétrie miroir l'un par rapport à l'autre de part et d'autre d'un axe transversal du bracelet, avec leurs deux maillons alignés transversalement 3, 5, respectivement 3', 5' tournés vers les extrémités du bracelet, comme illustré par la figure 8. Ensuite on relie ces deux ensembles modulaires par deux maillons indépendants 3*, 5* disposés entre les maillons latéraux 2, 6 et le maillon central 4 de l'ensemble modulaire 1 et entre les maillons latéraux 2', 6' et le maillon central 4' de l'ensemble modulaire 1'. Ces maillons indépendants 3*, 5* sont reliés au maillon central 4, 4', des ensembles modulaires 1, respectivement 1' par deux tiges transversales d'articulation 8, qui seront verrouillées lorsque les maillons centraux 4, 4' des ensembles modulaires 1, respectivement 1' seront rendus solidaires de l'axe transversal médian 7 de chacun de ces ensembles modulaires 1, 1' par une tige transversale d'articulation 8, qui reliera leurs deux maillons 3, 5, respectivement 3', 5' alignés transversalement aux maillons centraux 4", 4"' de deux autres ensembles modulaires suivants 1", 1"', (non représentés). Grâce à cette variante, le bracelet peut donc croître dans les deux sens.

Les figures 9 et 10 montrent une variante d'un élément de liaison 19 conformé pour venir se loger entre les cornes (non représentées) d'une boîte de montre, pour relier une extrémité du bracelet, en particulier selon la variante de la figure 8, à cette boîte de montre. A la différence de l'élément de liaison 9 de la figure 5, cet élément de liaison 19 est conçu en deux parties 19a, 19b susceptibles de pivoter l'une par rapport à l'autre autour d'une tige transversale d'articulation 20. Les extrémités de cette tige transversale d'articulation sont cannelées et chassées dans deux logements respectifs de deux maillons latéraux 21, 22, solidaires de la partie 19b.

La partie 19a comporte trois éléments 23, 24 et 25 assemblés par une tige transversale 26 chassée. La partie 19b comporte quatre éléments 21, 22, 27, 28 assemblés par deux tiges, 20, 29. Etant donné que l'élément 24 de la partie 19a est monté pivotant autour de la partie centrale de la tige transversale d'articulation 20, les deux parties 19a, 19b peuvent pivoter l'une par rapport à l'autre, permettant de faire basculer l'élément 24 pour faire sortir le passage transversal 24b de sa partie 24a de l'espace interne délimité par les parois latérales internes des maillons latéraux 21, 22 pour amener ce passage entre les deux maillons alignés transversalement 3, 5 d'un ensemble modulaire 1, par exemple celui de la figure 8, afin d'introduire la tige transversale d'articulation 8 à travers les passages transversaux 3b, 24b, 5b de ces trois maillons 3, 24a et 5.

Le verrouillage des deux parties 19a, 19b autour de la tige transversale d'articulation 20 est réalisé lorsqu'une barrette (non représentée) est introduite au travers des passages transversaux 27c, 28c, 25c, 24c, 26c et 23c alignés sur l'axe de cette barrette, dont les deux extrémités viennent se loger, de manière habituelle, dans des ouvertures appropriées ménagées dans les faces latérales internes de ces cornes. Dans cette position, la tige transversale d'articulation 8 entre le dernier ensemble modulaire 1 et l'élément de liaison 19 bute à ses deux extrémités contre les faces latérales internes des maillons latéraux 21, 22 de l'élément de liaison 19 et est ainsi verrouillée.

Il va sans dire que si, dans la forme d'exécution illustrée par les figures 1 à 4 on a montré un bracelet dont les ensembles modulaires sont assemblés d'une extrémité gauche à une extrémité droite, il est possible d'inverser le sens de cet assemblage.

La forme d'exécution et les variantes décrites précédemment se rapportent toutes à un bracelet à cinq maillons. Toutefois, comme on a pu le constater, du point de vue fonctionnel, ces cinq maillons forment en réalité deux parties dont tous les éléments sont solidaires les uns des autres, de sorte que l'on a en réalité un ensemble modulaire formé de deux parties, comme dans les formes d'exécution précédentes comportant 5 maillons côte à côte.

La variante illustrée par les figures 11 et 12 montre comment le concept de la présente invention peut être utilisé dans le cas d'un bracelet comportant des ensembles modulaires de quatre maillons solidaires deux à deux. Comme on peut le voir sur la figure 11, chaque ensemble modulaire 31, 31', 31", comporte deux parties 32, 33 disposées en symétrie miroir par rapport à un axe longitudinal médian du bracelet. Chaque partie 32, 33 comporte deux maillons 34, 35, respectivement 36, 37, formée ici d'une seule pièce, de sorte que ces parties comportent chacune une portion interne formée par les maillons 35, respectivement 36 et une portion externe, formée par les maillons 34, respectivement 37.

Les deux portions internes 35, 36 sont reliées indépendamment l'une de l'autre à l'axe transversal médian 38 par deux éléments tubulaires 39, 40 dont la longueur correspond à la dimension transversale de chaque portion interne 35, 36. Ces éléments tubulaires 39, 40 ont de préférence des surfaces externes cannelées et sont chassés dans des ouvertures 35a, respectivement 36a (non visible) des portions 35, respectivement 36. Ces éléments tubulaires 39, 40 sont retenus axialement sur l'axe transversal médian par rivetage aux deux extrémités de cet axe.

Une tige transversale d'articulation 41 est chassée dans une ouverture 34a ménagée dans la face latérale interne de l'une des portions externes 34, 37 de chaque ensemble modulaire 31, 31', 31" et sa longueur est choisie pour que l'extrémité libre de la tige transversale d'articulation 41 ne dépasse pas la face latérale interne de la portion externe 37, opposée à celle 34 dans laquelle cette tige 41 est fixée. Ainsi, selon le même concept inventif que celui décrit précédemment, la tige 41" qui se situe à gauche sur la figure 11 est verrouillée dans la position illustrée sur cette figure, dès que la tige 41' de l'ensemble modulaire 31' suivant est introduit dans les deux ouvertures de guidage 35"b, 36"b, mises coaxiales l'une à l'autre, des deux portions internes 35", 36" de l'ensemble modulaire 31", comme illustré par la figure 11. Ainsi, comme on le voit sur la figure 12, la mise en place des axes 41 des ensembles modulaires 31, 31', 31" provoque l'immobilisation des deux parties 32, 33 de ces ensembles modulaires et le verrouillage des tiges transversales 41 entre les deux portions externes 34, 37 des deux parties 32, 33, de ces ensembles modulaires 31, 31', 31", au fur et à mesure du montage successif de ces ensembles modulaires en allant de gauche à droite dans l'exemple décrit. De ce fait, les deux portions internes 35, 36 de chaque ensemble modulaire se trouvent aussi verrouillées sur ces tiges transversales 41 entre les deux faces latérales internes des portions externes 34, 37 de l'ensemble modulaire adjacent.