Sign up
Title:
Innerboot for skiboots
Kind Code:
B1
Inventors:
Orso, Piero (Via Ca'Mora, 65, 36022 Cassola (VI), IT)
Marmonier, Gilles (La Montagnier Bas, 38960 St. Etienne de Crossey, FR)
Application Number:
EP20000810950
Publication Date:
06/25/2008
Filing Date:
10/16/2000
Assignee:
LANGE INTERNATIONAL S.A. (1, rue Hans-Fries, 1700 Fribourg, CH)
International Classes:
A43B5/04
European Classes:
A43B5/04B
View Patent Images:
Other References:
PATENT ABSTRACTS OF JAPAN vol. 016, no. 013 (C-0901), 14 janvier 1992 (1992-01-14) & JP 03 234201 A (YAMAHA CORP), 18 octobre 1991 (1991-10-18)
DATABASE WPI Section Ch, Week 9445 Derwent Publications Ltd., London, GB; Class A83, AN 94-362606 XP002137136 & JP 06 284901 A (YAMAHA CORP.), 11 octobre 1994 (1994-10-11)
Attorney, Agent or Firm:
Bugnion, Genève (Bugnion S.A. Conseils en Propriété Industrielle Case Postale 375, 1211 Genève 12, CH)
Claims:
1. Innerboot equipped with an outer stiffener (3) made of in-situ-thermoformable material, characterized in that it is essentially made of in-situ-thermoformable foam and in that the stiffener (3) has a central part (3a) extending behind the ankle above the heel and from which there extend two arms (3b, 3c) passing on each side of the innerboot beneath the malleolar region and then rising obliquely towards the instep and two ascending arms (3d, 3e) extending obliquely on each side of the tibial region.

2. Innerboot according to Claim 1, characterized in that the stiffener is made of a material whose Vicat softening temperature under a 1 kg load is less than 100°C.

3. Innerboot according to Claim 2, characterized in that the stiffener is made of PE or EMA or EAA.

4. Innerboot according to Claim 1, characterized in that the Vicat softening temperature of the stiffener is less than 50°C.

5. Innerboot according to Claim 4, characterized in that the stiffener is made of PE or EVA.

6. Innerboot according to one of Claims 1 to 5,
characterized in that the material of the stiffener is solid.

7. Innerboot according to one of Claims 1 to 5,
characterized in that the material of the stiffener is cellular.

8. Method of shaping an innerboot according to one of Claims 1 to 7, characterized in that the innerboot, with its stiffener, which has a central part (3a) extending behind the ankle above the heel and from which there extend two arms (3b, 3c) passing on each side of the inner boot beneath the malleolar region and then rising obliquely towards the instep and two ascending arms (3d, 3e) extending obliquely on each side of the tibial region, is placed in the boot and in that the foam and the stiffener are heated, to its Vicat softening temperature, whereupon the foot or a moulding of the foot of the wearer is inserted into the boot and the boot is kept closed until the stiffener and foam have at least partly cooled.

Description:

L'invention a pour objet un chausson de confort essentiellement en mousse et équipé d'une armature extérieure pour chaussure de sport telle que chaussure de ski ou chaussure de patin.

Un tel chausson est connu de la demande de brevet

WO 96/13183 et du brevet

EP 0 657 112. Dans le document

WO 96/13183 la mousse du chausson est thermoformable et il est prévu de la thermoformer sur une forme. Le matériau utilisé tel que PE et PVA pourrait être thermoformé sur le pied. Le thermoformage d'un chausson de confort in situ sur le pied de l'utilisateur est d'ailleurs connu depuis de nombreuses années et il est décrit notamment dans les documents tels que

EP 0 004 829 et

JP 246 876.

Le document

JP 03 234 201 A divulgue les caractéristiques du préambule de la revendication 1.

On constate que si de nombreux inventeurs se sont préoccupés d'améliorer le thermoformage in situ de la mousse constituant le chausson, l'armature a été complètement laissée de côté. Ceci est probablement dû au fait que l'on a toujours clairement distingué et séparé les éléments de confort et la technique, la mousse du chausson appartenant au confort alors que son armature est un élément technique.

Quittant ce mode de pensée, l'invention a pour but d'améliorer l'adaptation d'un chausson de confort muni d'une armature à la morphologie du pied de l'utilisateur.

A cet effet, le chausson de confort selon l'invention est caractérisé par les caractéristiques de la revendication 1.

L'invention a également pour objet un procédé de mise en forme d'un tel chausson de confort avec les caractéristiques de la revendication 8.

La lecture du document

FR 2 739 760 montre à quel point l'idée de thermoformer une armature in situ était éloignée de l'esprit des inventeurs. Il est dit en effet dans ce document que l'on s'est aperçu de façon non évidente à priori que le chauffage direct de la garniture, c'est-à-dire le chausson, disposée à l'intérieur de la chaussure ne risquait pas d'endommager ni de ramollir la tige externe de cette dernière. L'homme du métier était donc amené à craindre que le chauffage du chausson ne ramollisse également son armature.

L'invention a également pour objet de définir un type d'armature dont la forme est particulièrement bien adaptée au renforcement d'un chausson, surtout si cette armature est destinée à être thermoformée in situ.

Le dessin annexé représente, à titre d'exemple, un mode d'exécution de l'invention.

La figure 1 représente un chausson muni de son armature.

La figure 2 représente l'armature seule.

Le chausson représenté à la figure 1 comprend une tige 1 constituée, de manière connue, d'un matériau souple revêtu d'une couche de mousse synthétique thermoformable, par exemple une mousse thermoplastique à cellules fermées telle que PE-tBDL (polyéthylène linéaire) ou EVA (éthylène acétate de vinyle), c'est-à-dire un polyéthylène à basse densité et présentant une température de ramollissement VICAT (norme NF T 51-021) relativement basse. Intérieurement, la mousse est revêtue d'une couche de Nylon (marque déposée). Le chausson est muni d'une languette 2 et d'une armature 3 également en matériau thermoformable présentant une température de ramollissement relativement basse et dans tous les cas inférieure à 100°C sous charge de 1kg. Ce matériau est de préférence un polyéthylène à basse densité tel que PE-tBDL présentant une température de ramollissement sous charge de 1kg inférieure à une fourchette de 50 à 83°C ou EVA présentant une température de ramollissement de 60 à 80°C pour une teneur en comonomère de 5 à 20% pour une température de ramollissement inférieure à 50°C pour une teneur en comonomère de 25 à 40%, ou EMA (éthylène acide métacrylique) ou encore EAA (éthylène acide acrylique) présentant respectivement des températures de ramollissement de 63°C et 84 à 74°C.

L'armature peut être en matériau injecté massif ou alvéolaire ou en une combinaison de ces deux matériaux.

L'armature 3 présente une partie centrale 3a s'étendant sur l'arrière du pied, au-dessus de la zone du talon. De cette partie 2a s'étendent, vers le bas, deux parties 3b et 3c qui passent sous la région malléolaire pour remonter en direction du cou-de-pied. De la partie centrale 3a partent, en outre, vers le haut, deux branches 3d et 3e qui s'étendent, légèrement obliquement vers l'avant, de chaque côté de la zone tibiale. Cette armature assure un maintien optimal du pied et de la cheville. Elle assure également une transmission précise des efforts entre la jambe, plus particulièrement le tibia, et le ski sans créer de pression gênante, voire douloureuse, sur des vaisseaux sanguins. Lors de la pratique du ski, le mouvement du tibia donne la direction de la prise de carre, c'est-à-dire le côté du ski sur lequel la jambe va prendre appui. Cette transmission de l'appui tibial est donc essentiel dans la prise de carre et pour la précision de cette prise de carre.

La transmission immédiate des efforts entre le ski et la jambe est essentielle, mais celle-ci ne doit pas se faire au dépend du confort. En effet, si le skieur ressent une douleur, même légère, due à une compression des vaisseaux sanguins ou d'une pointe osseuse, ce sentiment d'inconfort se traduit par un sentiment d'insécurité. Il est donc important que l'armature du chausson ne provoque pas ce sentiment d'inconfort. La forme de l'armature 3 remplit ces conditions. Cette forme pourrait cependant s'écarter de la forme représentée.

Pour le thermoformage du chausson et de son armature, le chausson peut être chauffé par exemple à l'air chaud.